AccueilMasterDroit privé

Master Droit privé

Objectif

L’offre de formation de la mention Droit privé a pour double objectif de permettre aux étudiants d’approfondir leurs connaissances en Droit privé puis, dans le cadre des parcours-types, de se spécialiser en vue d’un projet professionnel précis.

Les diplômés auront une bonne aptitude à la recherche et un haut niveau de connaissances, qu’ils seront capables de mettre en œuvre immédiatement.

Au stade de la 1ère année, les étudiants font l’acquisition des compétences essentielles du droit privé. L’objectif est de leur transmettre un socle solide de connaissances et de compétences leur permettant de poursuivre leur cursus dans l’un des parcours de la mention.

Au stade de la 2ème année, les parcours ont pour objectif de former des juristes de haut niveau afin d’acquérir les compétences nécessaires à l’accès aux professions d’avocat, d’huissier, de chercheur en droit.

Public visé

Tous les étudiants titulaires d’une Licence en Droit.

Structure et organisation

En première année, 78% des enseignements sont obligatoires et 22% optionnels. Parmi les enseignements obligatoires, 9% intéressent les compétences transversales. L’exigence du socle commun posé en première année se traduit par le suivi de nombreuses matières obligatoires considérées comme fondamentales dans la mention.

Concernant les parcours-types, ceux-ci donnent lieu à des enseignements fondamentaux dont un certain nombre donnent lieu à des mutualisations.

Régimes d'inscription

Cette formation est accessible en

  • Formation initiale (FI)
  • Formation continue (FC)
  • Formation en contrat de professionnalisation (CP)

Connaissances à acquérir

Les étudiants de la Mention feront l’acquisition d’un socle solide de connaissances scientifiques propres à la matière du Droit privé.

  • Droit patrimonial de la famille
  • Droit spécial des personnes : droit des personnes vulnérables, droit pénal des mineurs, droit de la nationalité, condition des étrangers
  • Droit judiciaire privé approfondi : procédures civiles d’exécution, modes alternatifs de règlement des différends
  • Droit international privé : théorie générale des conflits de lois, droit des conflits de juridictions, arbitrage international, espace judiciaire européen (civil et pénal)
  • Argumentation juridique et raisonnement juridique.

Des enseignements plus spécifiques sont proposés afin de permettre une orientation vers les différents parcours de la mention, enseignements en droit des affaires, en droit pénal, en droit des assurances. Aux enseignements de droit positif s’ajoutent des enseignements tournés vers l’histoire.

Compétences visées

Les compétences à acquérir au sein de la mention sont les suivantes :

L’étudiant doit être capable de :

  • maîtriser les sources du droit, c’est-à-dire savoir les rechercher puis analyser les informations et en élaborer une synthèse ;
  • formuler des éléments de controverse, d’apporter un regard critique pour proposer des évolutions du droit ;
  • maîtriser les techniques écrites de communication, notamment avec l’utilisation des différents supports numériques (word, excel, power-point) mais également orales ;
  • s’autonomiser dans son travail et de mettre en œuvre des capacités d’abstraction et d’initiative pour résoudre les problèmes nouveaux qui se posent à lui.

L’accent est donc mis sur la pratique du raisonnement juridique. Partant, en TD, la mise en situation des étudiants est systématique grâce aux exercices techniques demandés : étude et résolution de cas pratiques, rédaction de consultations juridiques, dissertation, analyse de décisions judiciaires, élaboration de synthèses. A terme, il s’agit d’acquérir une parfaite maîtrise des sources d’information juridique et extra-juridique et de leur utilisation à des fins d’analyse critique. Cette maîtrise suppose la capacité des étudiants à la recherche.

Les différents parcours permettent l’acquisition de compétences spécifiques attachées aux débouchés professionnels visés.

Stages et projets encadrés

Les étudiants ont la possibilité d’effectuer un stage dès le Master 1. Un stage plus long (2 mois) est également exigé dans le parcours-type « Contentieux et procédures civiles d’exécution » tandis que les trois autres parcours le proposent comme alternative au mémoire (d’une durée de 2 ou 3 mois).

Débouchés professionnels

- Enseignant-chercheur

- Avocat

- Magistrature et greffe

- Secteur associatif : aide aux personnes vulnérables, droit des femmes, droit de l’enfant

- Cadre en charge de la Protection de l’enfance.

- Médiateur.

- Huissier de justice

- Directeur d’un service ou collaborateur au sein d’une société de recouvrement des créances

- Métiers de l’assurance

- Juriste d’entreprise

- Juriste dans les organisations internationales et dans l’Union européenne.

Poursuite d'études

A l’issue de leur cursus au sein de la mention, les diplômés peuvent intégrer :

- un cursus complémentaire de formation universitaire (autre mention juridique, économique, scientifique…) ;

- un centre régional de formation professionnelle des avocats ;

- un doctorat

Partenariats

Les partenaires socio-économiques du Master sont :

  • La Cour d’appel d’Aix-en-Provence,
  • Les chambres départementale et régionale des huissiers de justice,
  • De nombreuses compagnies d’assurance et de mutuelles.

Le Conseil de perfectionnement, qui constitue un lieu d’échanges et de préconisations sur la formation proposée aux étudiants, réunit tant des enseignants-chercheurs que des professionnels (avocats, huissiers…).

Aide à la réussite

Le service d’insertion et d’orientation professionnelle délivrera au premier semestre des enseignements nécessaires à une meilleure insertion professionnelle, donnant aux étudiants les clefs pour la rédaction d’un CV, d’une lettre de motivation et les clefs des techniques d’entretiens.

Études à l'étranger

Dans certains parcours-types, des Professeurs étrangers interviennent en anglais.

Le parcours-type « Droit civils et international privé », poursuivra le partenariat développé avec le Collègue universitaire français de Saint Pétersbourg. Il consiste à accueillir des étudiants russes qui, s’ils valident le Master, obtiennent une équivalence Master 1.

Le parcours-type « Théorie du droit » comporte un parcours international grâce à un partenariat avec l’Université d’Ottawa (Canada) qui est fondé sur un double diplôme Master/LLM. L’échange d’étudiants est bilatéral.