FormationsMasterPsychologieSp. Psychologie Sociale de la Santé

Master PsychologieSpécialité Psychologie Sociale de la Santé

Finalité

Finalité indifférenciée.

Connaissances à acquérir

L’objectif de la spécialité de Master Psychologie Sociale de la Santé (diagnostic, prise en charge, intervention) est de former des professionnels de la psychologie de la santé, et d’offrir une formation approfondie permettant d’acquérir la maîtrise de concepts et méthodes issus de la psychologie sociale de la santé.

Cette spécialité propose

- Une formation spécifique dans le champ de la santé aussi bien pour intervenir sur les pratiques concernant le travail de prévention en santé publique que pour la prise en charge des patients et la mise en place de dispositifs d'aide à la formation des personnels.

- Une qualification professionnelle aux plans méthodologique et théorique pour des psychologues polyvalents capables d'utiliser différents outils conceptuels et méthodologiques pour l'analyse et la prise en charge, aux niveaux individuel et collectif, des problèmes de santé (accompagnement psychosocial des patients et des équipes soignantes, diagnostic socio-organisationnel, etc.).

- Une sensibilisation au dialogue interdisciplinaire et au développement d'un esprit de recherche et d’intervention fondé sur une perspective de recherche-action.

- Une formation à la recherche en psychologie sociale de la santé, solidement ancrée dans le partenariat entre les différentes structures qui constituent l’environnement « recherche » du diplôme, permettant de préparer la poursuite des études doctorales.

Les développements de la psychologie sociale de la santé constituent une voie d'innovation pour la recherche et l'application en psychologie. Ils permettent de répondre aux besoins nouveaux et aux demandes qui s'expriment dans le champ de la santé et de proposer des spécialistes pour les nouveaux métiers dans différents secteurs d'activités (public, semi-public et privé).

L'enjeu est le développement de nouvelles synergies créatrices de programmes innovateurs et d’emplois pour les jeunes professionnels de la psychologie sociale appliquée.

Débouchés professionnels

  • Secteurs d’activités :

Réseaux d'éducation ou de soin, y compris dans le secteur des entreprises (médecine du travail) ;

Institutions de prise en charge du secteur médico-social (hôpital, associations, …) ;

Agences publiques et semi-publiques d'études et de développement sanitaire et social ;

Collectivités locales et territoriales (municipalité, département, région) ;

Cabinets de consultants et de formateurs en santé publique ;

Cabinets d’études et d'ingénierie « produit » des secteurs pharmaceutique et parapharmaceutique.

  • Types d’emplois accessibles :

- Psychologues dans les institutions et les associations de prise en charge du secteur médico-social (Psychologues de la santé dans des services hospitaliers, en maisons de retraite, dans des associations de prise en charge des addictions, dans le champ de la prise en charge de l’adolescence et de l’éducation à la santé ; Psychologues de la fonction publique territoriale ; Psychologues coordinateurs dans des réseaux de soins).

- Cadres de santé dans les agences publiques et semi-publiques d'études et de développement sanitaire et social, tant à l'échelon local que national (exemple : Coordinateurs d’Atelier Santé-Ville).

- Consultants en santé publique (Cabinet d’études ; Organismes de recherche appliquée).

- Chargés d’animation et de prévention (Association de terrain de bas seuil ; Structures Régionales de promotion sanitaire).

- Formation des adultes sur les problématiques socio-sanitaire et psycho-sociologiques.

- Chercheurs et enseignants-chercheurs avec la poursuite des études doctorales.

Poursuite d'études

Doctorat en psychologie sociale.

Stages et projets encadrés

Les stages sont organisés de façon différente selon les spécialités (voir § 11.3) mais leur conception est toujours fidèle aux exigences pour pouvoir faire usage professionnel du titre de psychologue : volume minimal de 500 heures avec une double supervision, par un enseignant-chercheur et par un psychologue praticien expérimenté. De plus, ils sont généralement suivis sur l’année en séances collectives, au sein de groupes de régulation des pratiques composés d’une dizaine d’étudiants.

Les stages font l’objet d’une convention signée avec la structure d'accueil, à laquelle est parfois annexé un contrat pédagogique précisant les modalités et objectifs de l’activité menée sur le terrain.

Les stages de M1 sont d’une durée comprise entre 100 et 300 heures selon les spécialités. Ils constituent un premier contact avec la profession de psychologue et offrent à l’étudiant l’occasion de découvrir les contextes professionnels, d’observer des pratiques, de participer à des actions, d’articuler théorie et pratique, et d’éprouver des méthodes et techniques apprises à l’université.

Les stages de M2 durent entre 400 et 600 heures. Ils constituent une première expérience professionnelle en responsabilité.

Le stagiaire conduit des travaux d’évaluation, d’intervention et/ou une recherche-action sur une problématique de psychologie.

Encadré par un maître de stage enseignant-chercheur à l’université et un tuteur de stage professionnel dans l’organisme d’accueil, il doit répondre à la mission qui lui est confiée et l’enrichir par les apports spécifiques des théories et des méthodes de sa spécialité. Il est amené à travailler en équipe pluridisciplinaire et en partenariat institutionnel.

Pour obtenir le titre de psychologue, il devra avec l’aide de son psychologue référent s’exercer à la mise à distance de sa pratique, à une analyse critique justifiée et à une grande vigilance sur les problèmes éthiques et déontologique.

  • MASTER 1

Durée du stage en En M1 : 105 heures

Nature du stage :Stage de participation ou d'observation

Lieux de stages possibles : laboratoire, équipe de recherche, entreprise, administration, association, institution de soins …

  • MASTER 2

Durée et nature du stage en En M2 : 2 stages obligatoires

  • Un stage de 150 heures. 2 jours par semaine sur 1 semestre. Supervisé par un enseignant de la formation

Lieux de stages possibles :Réseaux d'éducation ou de soin, institutions de prise en charge du secteur médico-social (hôpital, associations…), agences publiques et semi-publiques d'études et de développement sanitaire et social, collectivités locales et territoriales, cabinets de consultants et de formateurs en santé publique.

Laboratoire de recherche (LPS, INSERM U912) pour les étudiants du parcours recherche.

  • Un stage de 500 heures. Stage à temps plein sur 5 mois. Encadré par un référent-structure responsable au niveau du lieu d’accueil du stage et supervisé par un psychologue praticien référent

Lieux de stages possibles : Réseaux d'éducation ou de soin, institutions de prise en charge du secteur médico-social (hôpital, associations, …), agences publiques et semi-publiques d'études et de développement sanitaire et social, collectivités locales et territoriales, cabinets de consultants et de formateurs en santé publique.

Études à l'étranger

Les étudiants peuvent faire une demande de séjour à l’étranger dans le cadre des programmes d’échanges (ex. CREPUQ, ERAMUS). Les contraintes sont cependant fortes en raison de la correspondance des agendas universitaires et des difficultés pour pouvoir faire réaliser un TER et a fortiori un stage avec une supervision à distance de qualité. Le développement de l’ouverture internationale est cependant projeté, tant pour le départ des étudiants provençaux que pour l’accueil d’étudiants étrangers.

Structure et organisation

L’intégralité du Master propose 866 heures d’enseignements (416 heures en M1 et 450 heures en M2) créditées de 120 ECTS

(60 en M1 et 60 en M2).

A ces heures d’enseignements présentiels s’ajoutent trois stages obligatoires (un stage de 150 heures minimum en M1 et deux stages en M2 : un stage d’observation de 150h minimum et un stage 500h minimum en M2) donnant chacun lieu à un rapport ainsi que la réalisation de deux mémoires de recherche (un en M1 et un en M2).

Formation professionnelle

Notre diplôme participe activement au plan régional et national au développement de plus en plus reconnu du champ de la psychologie de la santé.

Depuis quelques années, les besoins de formation dans ce domaine s’affirment en France comme dans l’espace européen.

Ils se sont traduits dans un réseau de recherche et d’intervention inter-universitaire de psychologie de la santé associant plusieurs universités françaises et européennes.

Dans ce contexte, notre formation est la seule à proposer une orientation spécifique de psychologie sociale parmi les spécialités de master existantes en psychologie de la santé sur le territoire national.

Cette formation professionnelle se veut polyvalente et à pour visée le diagnostic, l’intervention et la prise en charge, aux niveaux individuel et collectif, des problèmes dans le champ de la santé et de la maladie.

D’un point de vue pédagogique, la formation s’appuie sur un projet qui vise à la fois à renforcer les savoirs conceptuels et méthodologiques en psychologie sociale de la santé mais aussi à sensibiliser les étudiants à la nécessité du dialogue interdisciplinaire et du regard pluridisciplinaire pour l’analyse des problèmes de santé.

Les compétences techniques et méthodologiques, nécessaires à une pratique de recherche et d’intervention fondée sur une perspective de recherche-action en santé publique font également parties des axes principaux de la formation.

Le choix des intervenants témoigne de cette orientation. Ceux-ci sont issus de disciplines différentes (psychologie sociale, psychologie clinique, sociologie, anthropologie, épidémiologie) et une partie non négligeable de ces intervenants sont des professionnels de terrain.

La formation a aussi pour objet de permettre aux étudiants de se positionner en tant que psychologues de la santé, à faciliter leur insertion professionnelle et à les familiariser avec les structures et les dispositifs dans le champ de la santé publique et les métiers de la psychologie sociale de la santé.

A ce titre notre formation repose sur un partenariat institutionnel consolidé au niveau local (Ville de Marseille, ORS-PACA, CRES-PACA, CODES-13, CRIPS-PACA, AMPTA, INSERM) qui garantit :

(a) en cours de formation, une expérience au plus prêt des besoins et réalités du terrain et des acteurs du champ sanitaire et social ;

(b) à l’issue de la formation, des voies d’insertion professionnelle et la mise en place de réseaux professionnels.

Formation et recherche

Les deux années de master comportent des contenus pédagogiques centrés sur la recherche (théories et concepts, méthodologies). Chaque année fait l’objet de la réalisation d’un mémoire de recherche.

L’environnement pédagogique est marqué par la participation d’un nombre important de chercheur dans le champ de la santé (centre Hospitaliers Universitaires, INSERM, enseignants-chercheurs d’autres universités). De plus, cette formation s'appuie sur une solide expérience de recherche et de collaboration interdisciplinaire dans le champ de la santé publique à travers les activités de l’équipe de Psychologie sociale de la santé du Laboratoire de Psychologie Sociale (EA 849).

Notre équipe est une unité constituante de l’IFR SHESS-AM (Sciences Economiques et Sociales de la Santé d’Aix-Marseille) et fait partie des équipes partenaires du programme 2007-2010 du Canceropôle PACA. Elle a des relations de partenariat (formation, recherche) et d’échange privilégiés avec l’UMR 912 de l’INSERM (« Epidémiologie et Sciences sociales associées à l’Innovation

Médicale ») à Marseille, dont les principaux domaines d’investigation concernent le cancer, le sida, les maladies infectieuses ainsi que les toxicomanies.

L’équipe a établi des relations d’échanges réguliers depuis de nombreuses années pour des programmes de recherche avec de nombreux partenaires nationaux et régionaux (Agence Nationale de Recherche sur le Sida, Conseil Régional PACA, Ligue Contre le Cancer, Institut Paoli Calmettes, Centre Hospitalier Universitaire de la Timone, Institut National du Cancer, DRASS-PACA, Sanofi

Pasteur MSD, …).

Cet ensemble de partenariats contribue à offrir des possibilités pour la poursuite d’étude en doctorat.

Formation continue et alternance

En deuxième année, 5 places sur 20 sont réservées à des candidats se présentant au titre de la formation continue ou de la VAE.

La formation accueille en moyenne 2 étudiant-e-s relevant de la formation continue par an.Pas de dispositif particulier concernant la formation en alternance.

Conditions d'admission

Les étudiants admis dans ce diplôme sont titulaires d’une licence de la même mention dont les connaissances générales constituent des pré-requis indispensables pour que les concepts et méthodes puissent être approfondis dans l’esprit général de la discipline.

Régimes d'inscription

Cette formation est accessible en

  • Formation initiale (FI)
  • Formation continue (FC)

Public visé

Toute personne ayant un intérêt marqué pour les disciplines enseignées et répondant aux conditions d'admission.

Aide à la réussite

Il n’y a pas de tutorat mais des encadrements individuels par des enseignants-chercheurs de l’équipe pédagogique, hebdomadaires ou bimensuels, pour la réalisation des travaux d’étude et de recherche ainsi que pour les stages.

Possibilité d’étalement des études pour les étudiants en formation continue. Possibilité de validation des acquis de l'expérience (VAE) pour les étudiants qui souhaitent reprendre leurs études. Un service universitaire de formation tout au long de la vie existe et a pour mission la validation des acquis de l'expérience, l'ingénierie conseil et la conduite d'études.

Pour les sportifs de haut niveau et pour les soutiens de famille, il sera proposé un télé-enseignement au niveau de l’Université.

Pour le public souffrant d’handicaps reconnus, il existe, au niveau de l’Université, un bureau d’insertion des étudiants en situation de handicap permettant la prise en compte individuelle de chaque étudiant.

Aide à l'orientation

Donner aux étudiants une double compétence, professionnelle et en recherche, est un objectif ambitieux qui implique la répartition optimale et cohérente entre enseignements, travaux d’études et de recherche et stages sur les deux années de master.

Le corollaire est donc de procéder à une sélection à l’entrée du M1, prévue lors du précédent quadriennal (en raison du contexte universitaire, elle ne va être opérationnelle qu’à la rentrée 2010). Cette procédure est assortie d’un ensemble de dispositions prises en amont, en ce qui concerne notamment l’accompagnement des étudiants : orientation active en direction des lycéens, tutorat du plan réussite Licence en L1, module d’aide au projet en L2, choix optionnels étendus en L3. Déplacer la sélection à l'entrée du Master servira à tous les étudiants : ceux à qui nous éviterons de poursuivre inutilement des études ne débouchant pas sur l'obtention du master (cf. les taux de pression élevés entre M1 et M2, au §3) et ceux à qui nous donnerons de meilleures conditions d'études en Master.

Aide à la poursuite d'études et à l'insertion professionnelle

Donner aux étudiants une double compétence, professionnelle et en recherche, est un objectif ambitieux qui implique la répartition optimale et cohérente entre enseignements, travaux d’études et de recherche et stages sur les deux années de master. Le corollaire est donc de procéder à une sélection à l’entrée du M1, prévue lors du précédent quadriennal (en raison du contexte universitaire, elle ne va être opérationnelle qu’à la rentrée 2010).

Cette procédure est assortie d’un ensemble de dispositions prises en amont, en ce qui concerne notamment l’accompagnement des étudiants : orientation active en direction des lycéens, tutorat du plan réussite Licence en L1, module d’aide au projet en L2, choix optionnels étendus en L3.

Déplacer la sélection à l'entrée du Master servira à tous les étudiants : ceux à qui nous éviterons de poursuivre inutilement des études ne débouchant pas sur l'obtention du master (cf. les taux de pression élevés entre M1 et M2, au §3) et ceux à qui nous donnerons de meilleures conditions d'études en Master.

Au-delà des moyens dont nous disposons, les capacités d'accueil relèvent avant tout de la situation de l'emploi qui nous incite à ne pas augmenter le nombre de psychologues formés. En effet, l'emploi des jeunes diplômés se fait de plus en plus par cumul de temps partiels en CDD qu'il devient de plus en plus difficile de transformer en mi-temps et pleins temps. L'AEPU, la FFPP, les syndicats et les associations de psychologues demandent en effet de ne pas augmenter le nombre de diplômés en psychologie et même de réduire l'augmentation récente liée au LMD.

Modalités de contrôle des connaissances

Les modalités d’évaluation dépendent des UE et des spécialités. Il est possible toutefois de dégager des caractéristiques communes au niveau de la mention :

- toutes les U.E. d'enseignement sont évaluées.

- l’évaluation des connaissances s’effectue sous forme d’un panachage entre contrôle terminal et contrôle continu

- les contrôles continus peuvent prendre des formes écrites et/ou orales (dossiers, exposés), avec exploitation de documents et

/ou restitution en anglais. Ils peuvent être individuels ou collectifs pour habituer les étudiants au travail d’équipe

- la proportion de contrôles continus augmente en M2 et les évaluations prennent la forme de travaux proches de l’exercice professionnel de psychologue (étude de cas avec entretiens, bilan psychologique, conception, réalisation et compte rendu d’interventions auprès de groupes ou d’individus, classeur de méthodologie, etc). Il s’agit donc tout autant de l’évaluation de compétences que de connaissances

La formation à et par la recherche donne lieu à la rédaction d’au moins un mémoire de recherche dont le niveau de maîtrise conceptuelle et méthodologique atteint les exigences du master recherche. Les étudiants ont ainsi les prérequis pour poursuivre en doctorat.

Le volume des mémoires varie selon les spécialités mais il comporte en général une quarantaine de pages avec une revue de littérature et problématique, un dispositif de recueil et de traitement des données, une présentation et discussion des résultats, et des références bibliographiques issues de bases de données internationales. Il peut être demandé que le format du mémoire s’approche de celui des articles publiés dans le domaine de recherche.

Le mémoire donne lieu à soutenance devant au moins deux enseignants-chercheurs HDR.

Les stages de M1 et de M2 donnent lieu à des rapports dont le volume est de 10 à 20 pages en première année et de 30 à 60 pages en seconde année. La rédaction est guidée par l’enseignant-chercheur et le psychologue tuteur. Le contenu décrit la structure, les fonctions et le fonctionnement du lieu de stage. Les activités du stagiaire sont présentées et analysées du point de vue théorique, méthodologique, pratique, déontologique ; leur intérêt et leurs limites sont discutées eu égard au contexte de leur réalisation.

Les rapports de stage de M1 ne donnent en général pas lieu à soutenance.

En M2, les rapports sont soutenus devant un jury composé de deux enseignants chercheurs (dont le maître de stage) et le psychologue tuteur, suivant les termes de l'arrêté du 19 mai 2006 pour pouvoir faire usage du titre de psychologue (modalités d’organisation et de validation du stage professionnel prévu par le décret no 90-255 du 22 mars 1990 modifié fixant la liste des diplômes permettant de faire usage professionnel du titre de psychologue).

Une note en dessous de la moyenne pour le stage de deuxième année est éliminatoire pour l'obtention du diplôme.

LA PREMIÈRE ANNÉE DE MASTER

LA DEUXIÈME ANNÉE DE MASTER

Cette spécialité comporte un parcours de Master 2 :