AccueilLicence généraleSciences de la vie et de la Terre

Licence Sciences de la vie et de la Terre

Objectif

image externe

L’objectif pédagogique de la licence SVT tient en ces quatre compétences clés, qui guident tous les enseignements que les étudiants y suivent : observer, analyser, agir, transmettre.

Observer : savoir maîtriser les techniques d'observation et d'expérimentation et les matériels spécifiques aux différentes disciplines enseignées.

Analyser : savoir bâtir des argumentaires critiques sur la bases d'analyses robustes, fiables et objectives.

Agir : appréhender la réalité des différents secteurs d'activités des sciences de l'environnement afin d'avoir toutes les bases pour s'insérer directement dans la vie professionnelle ou intégrer un master ou une école d'ingénieurs.

Transmettre : savoir présenter des informations scientifiques à l'écrit comme à l'oral en adaptant son discours au public concerné, conformément aux attendus des futures professions visées, que cela concerne le cœur de métier (enseignement) ou dans le cadre d'un travail collaboratif (recherche, bureaux d'études…).

Public visé

Étudiants ayant un bon bagage scientifique (Bac S fortement conseillé)

Conditions d'admission

Entrée sur titre pour les titulaires du baccalauréat ou équivalent (DAEU, diplômes étrangers après avis de la commission pédagogique) ou par VES ou VAP. Sélection sur dossier pour les candidats au parcours CUPGE Agro-Véto et pour les candidats au CMI « Ingénierie environnementale ».

Structure et organisation

La licence SVT débute par le même portail « Pasteur » de L1 que les licences Sciences de la vie (SV), Sciences sanitaires et sociales (SSS) et Chimie. Ce portail permet de conforter les bases scientifiques du lycée et de présenter la diversité des disciplines et des méthodes développées dans les parcours.

La mention commence donc en L2 avec ses parcours différenciés mais avec une mutualisation notable sur un plan disciplinaire et méthodologique pour atteindre les objectifs de compétences communes à la mention.

Régimes d'inscription

Cette formation est accessible en

  • Formation initiale (FI)
  • Formation continue (FC)

Connaissances à acquérir

Conforter en premier lieu (L1) les bases scientifiques du lycée, puis acquérir les bases théoriques des diverses disciplines couvertes par la portail Pasteur et enfin, commencer à appréhender le fonctionnement général de la planète et de ses écosystèmes ainsi que les méthodes d'études qui seront développées dans les parcours.

Ensuite, soit approfondir dans des parcours ciblés (L2-L3) ses connaissances dans un des grands domaines des sciences de l’environnement par des techniques classiques, modernes et émergentes, soit conserver la pluridisciplinarité nécessaire à la médiation en environnement ou à la préparation des concours de l'enseignement (primaire ou secondaire en SVT) ou les concours d'entrées aux écoles vétérinaires et d'agronomie dans des parcours spécifiques.

Se familiariser tout au long du cursus avec l’approche expérimentale et de terrain, pour mieux assimiler les enseignements théoriques et les méthodes d'analyse utilisées en sciences de l’environnement.

Compétences visées

  • Constituer et structurer un bagage culturel en sciences de l'environnement permettant de poser et de répondre à des problématiques transdisciplinaires en sciences de la vie et de la Terre en s'appuyant sur les savoirs des disciplines fondamentales.
  • Développer une démarche scientifique pour répondre à un questionnement par l'observation méthodique d'objets naturels sur le terrain ou au laboratoire, et par le traitement et l’interprétation critique des données.
  • Présenter de façon structurée à l'oral ou à l'écrit des connaissances ou des travaux scientifiques en maîtrisant (en français) et en utilisant (en anglais) un vocabulaire des Sciences de la vie et de la Terre adapté au public visé.
  • Conduire et mener à bien, de façon individuelle ou collaborative, un projet scientifique dans le domaine de l'Environnement sur la base de données bibliographiques, de terrain ou de laboratoire.
  • Identifier et comprendre les problématiques des milieux professionnels confrontés aux grands enjeux environnementaux, en mobilisant ses connaissances fondamentales, méthodologiques et technologiques en SVT.
  • Valoriser ses qualités et ses compétences pour faciliter la poursuite d'études ou l’intégration au sein d’une organisation professionnelle, en développant une éthique soucieuse du respect des bonnes pratiques et de la déontologie, en SVT et Environnement.

Stages et projets encadrés

Les étudiants sont incités à faire des stages pendant leur périodes de vacances. Ces stages peuvent donner lieu à une bonification sur le semestre suivant, en accord avec le responsable d'année.

Débouchés professionnels

Même si les cas sont encore rares actuellement, la formation permet de candidater aux différents concours de techniciens ou d'assistants ingénieurs dans les organismes publics ou de postuler sur des postes tournés sur les métiers de l’environnement au niveau technicien supérieur comme, par exemple, agent chargé de protection et de sauvegarde du patrimoine naturel, technicien géologue d’études, ou chargé d’étude en bureau d’étude, chargé de communication scientifique.

Les débouchés professionnels sont beaucoup plus importants et variés en fin de master ou après une école.

Poursuite d'études

La licence SVT a pour but principal de permettre aux étudiants de poursuivre leurs études dans les nombreux masters axés sur l’Environnement, en France comme à l’étranger (masters « Gestion de l''environnement », « Biodiversité, écologie et évolution », Sciences de la Terre et des planètes, environnement » et « Sciences de la mer » au sein d'AMU) ou bien de se réorienter vers des écoles d’ingénieurs du même domaine.

Les parcours pluridisciplinaires de la licence permettent aux étudiants d’entrer dans les masters MEEF préparant aux métiers de l’enseignement ou dans le master « Information et médiation scientifique et technique » ou encore de préparer leur entrée dans les écoles vétérinaires et d'agronomie.

Certains parcours permettent d’intégrer en fin de L2 diverses licences professionnelles dans le domaine de l’aménagement et de l’environnement (Lpro « Aménagement paysager », « Productions végétales » VACOREV et « Métiers de la protection et de la gestion de l'Environnement » ECO-RSE au sein d'AMU).

Partenariats

Le conseil de perfectionnement comprend des acteurs du monde socio-économique impliqués dans les masters et les licences professionnelles vers lesquelles débouche la licence SVT. Le monde socio-économique y est représenté en particulier par le Syndicat d'Aménagement du Bassin de l'Argens, Agir'Ecologie, le BRGM, et GIPREB.

Des acteurs du monde socio-économique interviennent également dans des enseignements pour lesquels nous n'avons pas les compétences professionnelles en interne. Ils sont issus des institutions publiques et du secteur de l'économie sociale et solidaire en charge de la gestion de l'environnement et des espaces naturels ou concernant le secteur ville/santé/environnement.

Aide à la réussite

Une unité de L1 de méthodologie appliquée aux sciences aidera l’étudiant dans son apprentissage. Chaque année, une UE de projet professionnel aidera l'étudiant à penser son projet, acquérir les notions fondamentales pour la recherche de stage ou d'emploi, mais aussi suivre l’acquisition de ses compétences.

Aide à l'orientation

La licence SVT participe à la politique de l'UFR Sciences pour l'orientation à travers sa participation aux salons de l'orientation, les visioconférences de l'ONISEP avec les lycées de l'académie, les Tchats de l'orientation initiés par le SUIO, l’orientation active qui existait dans APB…

Les réorientations entrantes, principalement en L2 et L3, d'étudiants provenant de PACES, CPGE, BTS, IUT ou autres licences sont étudiées sur dossiers avec bienveillance.

Études à l'étranger

La licence SVT a une politique volontariste depuis sa création pour faire partir ses étudiants en échanges internationaux en L3 principalement via ERASMUS mais aussi via le BCI (anciennement CREPUQ) grâce à une relation suivie avec l'université du Québec à Rimouski.