AccueilLicence généraleSciences de la vie et de la TerreSciences biologiques et géologiques

Licence Sciences de la vie et de la TerreParcours type : Sciences biologiques et géologiques

Objectifs

image externe

Le parcours Sciences biologiques et géologiques (SBG) est un parcours bidisciplinaire qui allie sciences de la vie et sciences de la Terre. Il permet de consolider les acquis du lycée dans tous les domaines des sciences de la vie et de la Terre, et les prolonge par une formation à la fois synthétique et pointue dans l’ensemble des disciplines universitaires du domaine des SVT – biologie cellulaire et moléculaire, biologie des organismes et des populations, géologie.

La mention est construite pour répondre au cahier des charges national de la formation des enseignants du secondaire, le débouché naturel de ce parcours concerne donc les masters enseignement en SVT. En outre, le parcours dispense des compétences totalement valorisables dans les masters de la diffusion scientifique (animateurs nature, journalisme scientifique) ou certains master disciplinaires (agrosciences, écologie, géologie, environnement).

Formation et recherche

Si le but principal du parcours n’est pas la recherche, la formation s’organise par la recherche, à partir de résultats récents mis en perspective des savoirs hérités de l’histoire des sciences. L’ensemble des enseignants sont des universitaires enseignants-chercheurs ou agrégés-titulaires d’un doctorat.

Pré-requis recommandés

Aucun prérequis obligatoire pour les étudiants du portail Louis Pasteur, mais une forte incitation à suivre au sein des options du S2 des UE de Sciences de la vie & de Sciences de la Terre. Pour intégrer le parcours en L3, il est recommandé, mais non obligatoire d’avoir suivi une formation bidisciplinaire.

Régimes d'inscription

Cette formation est accessible en

Formation initiale
Formation continue

Compétences visées

  • S'approprier et restituer un socle de connaissances à l'échelle de la cellule et de son environnement cellulaire, à l'échelle de l'organisme et de son environnement et en géosciences
  • Mettre en relations les connaissances actuelles avec l'histoire des concepts et des découvertes biologiques et géologiques
  • Invoquer les bases physicochimiques et mathématiques au service des connaissances en SVT
  • Observer, décrire, identifier, discriminer, ou classifier des objets naturalistes et relier les différences échelles d'observation
  • Construire un raisonnement démonstratif synthétique à partir de données issues de connaissances maîtrisées ou d'un corpus documentaire
  • Utiliser un logiciel pédagogique (saisie, exploitation, analyse) en vue de son introduction dans une séquence d'apprentissage
  • Relier les connaissances scientifiques aux enjeux éducatifs (santé, sexualité, développement durable et citoyenneté)
  • Se familiariser avec la pratique d'enseignant, la vie scolaire dans le secondaire

Métiers visés

Codes ROME :

Spécialités de formation (code NSF) :

  • 113c : Sciences naturelles (biologie, géologie) - Applications scientifiques
  • 113f : Sciences des ressources agro-alimentaires
  • 113g : Sciences (biologie-géologie) de l'environnement, des écosystèmes

Volume des enseignements

  • Cours magistraux : 497 heures
  • Travaux dirigés : 276 heures
  • Travaux pratiques : 431 heures

Enseignements délocalisés

Les enseignements de la licence L2 et L3 SVT SBG sont uniquement dispensés au site Saint-Charles, Marseille.

Modalités pédagogiques particulières

L’enseignement dépasse les cadres classiques CM/TP/TD pour mettre l’accent sur des séances mixtes (CM-TD, CM-TP) qui laissent large place à l’expression orale. La formation est évaluée en contrôle continu intégral ce qui permet de gérer des progressions individuelles sur le semestre et l’année.

Semestre 3 Sciences biologiques et géologiques

[ détails ]

  • Anglais S3 - français (CCI) (3 crédits)

    Code : S12AN3M1Langue : Français.

    Contenu : Manipulation des structures de base de la langue. Compréhension d'un bref document authentique, écrit ou audio. Prise de parole de façon spontanée sur un sujet d’actualité. Expression d'une opinion par écrit. Lexique scientifique de base.

    Volume horaire : 28h de TD

    Plus d'informations

  • Statistiques 2 pour SVT (3 crédits)

    Code : S12BE3M1Langue : Français.

    Contenu : Cette UE est la suite de l'UE de statistiques proposée dans le portail Louis Pasteur. Elle poursuit le contenu des enseignements du portail avec une introduction aux variables aléatoires et distributions de probabilités. Une partie introductive sur l'estimation des paramètres de ces lois est proposée. Un étudiant qui sort de cette UE doit savoir se servir d'une densité et d'une fonction de répartition pour estimer des probabilités d'évènements pour une expérience aléatoire donnée. Il doit également être capable d'estimer un intervalle de variation des paramètres estimés de ces lois.

    Volume horaire : 16h de CM - 14h de TD

    Plus d'informations

  • Écologie évolutive (4 crédits)

    Code : S12BE3M3Langue : Français.

    Contenu : Objectifs généraux  : l'étudiant aborde la construction des concepts historiques d'écologie évolutive, les forces structurantes à la fois les écosystèmes et l'évolution des espèces. Rien en biologie n'a de sens si ce n'est à la lumière de l'évolution (T. Dobzhansky). Cette UE se propose ainsi d'expliciter le fait évolutif et de lui rendre sa place de fondement de la biologie. En suivant simplement le texte fondateur de la théorie de l'évolution, les étudiants seront amenés à caractériser le polymorphisme puis sa variation sous le jeu des forces évolutives. Ces forces agissent dans des contextes écologiques (milieux contraints, relations interspécifiques) qui seront explicités. Finalement l'évolution conduit à la genèse d'espèces nouvelles, processus nommé spéciation, intégrateur de tout le fait évolutif et qui représentera l'aboutissement de cet UE. Contenu  : par une approche historique les étudiants seront amenés à comprendre comment a émergé l'idée d'évolution puis son formalisme dans le cadre de la théorie de la sélection naturelle (Darwin) pour être validée et amendée par l'avènement de la génétique. La base de l'évolution étant le polymorphisme (phénotypique, génotypique) trouvant ses origines dans le processus de mutation (délétère, neutre, favorable), celui-ci sera défini et quantifié. Les variations spatio-temporelles du polymorphisme seront présentées en relation avec les modes de reproduction (autogamie, allogamie, migration) et sous l'action des forces sélectives (sélection naturelle, dérive). Ces forces sélectives seront abordées dans des contextes naturels et expérimentaux par le biais des interactions des organismes avec d'autres espèces (relations interspécifiques) et avec les variables du milieu (contraintes abiotiques) et leurs variations, le tout générant des flux de matière et biomasse au sein et entre les grands écosystèmes. Le fait évolutif trouve sa matérialisation dans un événement, celui de la genèse d'espèce, processus appelé spéciation qui sera décrit et approfondi.

    Plus d'informations

  • Du terrain au TP (4 crédits)

    Code : S12BE3M6Langue : Français.

    Contenu : Objectifs généraux  : l'étudiant apprend à identifier les clés de lectures d'un paysage, les espèces communes, les dynamiques écologiques et géologiques en milieu méditerranée. L’enseignement comprend quatre sorties de terrain à la journée (4 ´ 6 h = 24 h) dédiées à réaliser des constats et mesures en extérieurs complétées par six séances de travaux (6 ´ 2 h ou 3 h = 16 h) pratiques permettant d’explorer plus avant certains échantillons biologiques ou géologiques et valider par des expériences certaines hypothèses émises sur le terrain. Contenu  : 1– sortie Sainte Baume – exploration de la forêt – : 1.1– TP faune du sol – Berlèse, clé de détermination, classification emboitée et pyramide trophique – ; 1.2– TP croissance végétale – comparaison bourgeon-bulbe, CL racines et CT troncs. 2– Sortie étang de Berre – exploration du littoral et ses contraintes – : 2.1– TP mollusques – dissection de la moule ; identification de coquilles ; montage branchie, etc. – ; 2.2– TP organisation d’un végétal – convergence et adaptations – CT tige feuille et racine d’oyat, salicorne, obione, jonc ou roseau). 3– Sortie Carry-le-Rouet – reconstitution d’environnement de dépôts – : 3.1– TP reconstitution d’un paléoenvironnement. 4– Sortie dans Marseille – biodiversité urbaine et matériaux de construction – : 4.1– TP préparatoire – clef des poissons ; flore urbaine.

    Volume horaire : 40h de TP

    Plus d'informations

  • Bioénergétique : des molécules aux organismes (6 crédits)

    Code : S12PL4M3Langue : Français.

    Contenu : Objectifs généraux : comprendre et être capable d'expliquer les principes généraux des mécanismes de production et de transfert d'énergie. Ces principes seront abordés à l'échelle de l'organisme et à l'échelle cellulaire chez les êtres vivants d'un même réseau trophique. Contenu : cette UE abordera ainsi les principes fondamentaux de bioénergétique, avec la découverte des lois générales de l'énergétique et leurs applications aux organismes. L'étude de données d'enzymologie et de biochimie permettra de comprendre les conditions de réalisation des réactions biochimiques cellulaires des différentes voies métaboliques de production d'énergie utile, quelle que soit sa forme. La diversité des sources d'énergie, les modalités de prélèvements, ainsi que les transferts d'énergie entre cellules ou organismes seront également abordés. Ces notions seront illustrées à l'aide de l'étude d'un nombre limité d'exemples chez les plantes, les animaux (contraction musculaire, régulation de la température corporelle) et les bactéries. Une partie de cette U.E. sera également l'occasion d'aborder l'utilisation des micro-organismes dans l'industrie – fermentations alimentaires, production de métabolites naturels.

    Volume horaire : 40h de TD

    Plus d'informations

  • Minéralogie et pétrographie (4 crédits)

    Code : S12ST3M2Langue : Français.

    Contenu : Minéralogie. Cours (10 h). Notions de cristallographie, solutions solides, polymorphisme, classification des silicates, diagnose minérale, optique cristalline. Travaux pratiques (10 h). Cristallographie sur modèles, diagnose minérale, optique cristalline. Pétrographie. Cours (10 h). Origine et mise en place des magmas, Facteurs, faciès et séquences métamorphiques, transformations minérales, les différents types de métamorphisme en relation avec le contexte géodynamique. Travaux pratiques (10 h). Reconnaissance des minéraux au microscope polarisant, diversité des roches magmatiques, séries métamorphiques.

    Volume horaire : 20h de CM - 20h de TP

    Plus d'informations

  • SVT Paléontologie (6 crédits)

    Code : S12ST3S2Langue : Français.

    Contenu : Cours : 1– Notions de paléontologie (2 h). 2– Temps géologiques et paléontologie (2 h). 3– L’origine de la vie sur Terre (2 h). 4– Les premiers milliards d’années (2 h). 5– La sortie des eaux (2 h). 6– Histoire de la biodiversité (6 h). 7– Processus taphonomiques (2 h). 8– Évolution des vertébrés. 9– L’hominisation. Travaux pratiques : 1– Gastropodes et graptolites (3 h). 2– Bivalves et bivalves rudistes (3 h). 3– Céphalopodes (3 h). 4– Brachiopodes et trilobites (3 h). 5– Cnidaires–porifères et paléobotanique (3 h). 7– Échinodermes (3 h). 8– Micropaléontologie. Travaux dirigés : 1– Les dinosaures avaient-ils le sang chaud ? – (3 h). 2– Paléobiologie des dinosaures et des oiseaux à partir de l’étude des œufs fossiles (3 h). Terrain : processus taphonomiques et fossilisation (6 h).

    Plus d'informations

Semestre 4 Sciences biologiques et géologiques

[ détails ]

  • Anglais S4 - français (CCI) (3 crédits)

    Code : S12AN4M1Langue : Français.

    Contenu : Révision des bases en orthographe et grammaire Compréhension écrite et orale d’articles scientifiques ou de vulgarisation. Synthèse d’articles.

    Volume horaire : 28h de TD

    Plus d'informations

  • Zoologie (6 crédits)

    Code : S12BE4M2Langue : Français.

    Contenu : Objectif  : l'étudiant sera capable d'appréhender la diversité des métazoaires, notamment à travers la réalisation de dissections. Il saura décrire les principales caractéristiques des plans d'organisation, et réaliser des comparaisons anatomiques et fonctionnelles entre groupes. Résumé  : La diversité des métazoaires sera abordée sous l’angle des plans d’organisation et des grandes fonctions. Les travaux pratiques permettront de décrire les plans d’organisation des spongiaires, cnidaires, quatre organismes protostomiens – annélides, mollusques, crustacés et insectes – et quatre organismes deutérostomiens – échinodermes, téléostéens, lissamphibien et mammifère. Ces études seront menées à différentes échelles : organisme (dissections), organes et tissus (montages, lames histologiques). La diversité des plans d’organisation sera intégrée dans une perspective évolutive, notamment avec les apports de l’étude des gènes du développement (Hox). Enfin, les grandes fonctions de nutrition (alimentation, excrétion, osmorégulation, respiration, circulation), de reproduction et de relation (neurosensorielles et locomotion) seront étudiées en cours, en se basant sur les observations anatomiques des TP, et en comparant les contraintes des milieux de vie et des plans d’organisation.

    Volume horaire : 30h de CM - 30h de TP

    Plus d'informations

  • Botanique (6 crédits)

    Code : S12BE4M7Langue : Français.

    Contenu : Objectif  : L'étudiant saura décrire la morphologie, l'anatomie la physiologie et le cycle de vie de divers organismes végétaux (Eucaryotes photosynthétiques), ainsi que leur diversité écologique. Résumé  : La notion de végétal sera définie à la fois dans un contexte historique et dans une perspective évolutive. La diversité des organismes végétaux sera appréhendée par celle de leur cycle de vie, pour en comprendre à la fois les homologies et les contraintes inhérentes aux milieux de vie. Les connaissances naturalistes sur la reproduction des Angiospermes seront mobilisées pour constituer un herbier ainsi qu’une clé de détermination basée sur l’organisation florale. Pour l’organisme modèle Angiosperme seront étudiées les phases de la croissance et du développement, ainsi que l’origine de la matière organique (nutrition carbonée et azotée, flux hydrique et minéraux), en soulignant les contraintes de la vie fixée et l’importance des associations symbiotiques (phénotype étendu).

    Volume horaire : 30h de CM - 30h de TP

    Plus d'informations

  • Le cycle cellulaire (3 crédits)

    Code : S12PL4M2Langue : Français.

    Contenu : Objectifs généraux  : suivre une cellule depuis son origine (à partir d’une cellule souche) jusqu’à sa mort, ou potentiellement sa transformation en cellule cancéreuse. Passage ainsi en revue des différents états de vie de la cellule : quiescence, sénescence, division, différenciation, mort cellulaire (notamment par apoptose). Les différentes séances de cette UE utiliseront différents supports (cours magistraux, polycopiés, analyse d’infographies, d’articles scientifiques vulgarisés, de figures extraites de publications internationales), de sorte à être en adéquation avec les différentes orientations professionnelles choisies par les étudiants. Contenu  : 1– cellules souches : niche, maintien de l’état non différencié, et sortie de cet état différencié ; intégration à l’échelle de l’organisme pour le renouvellement tissulaire. 2– Diversité des cellules souches : de la totipotence à l’unipotence, évolution des potentialités de régénérescence et donc de réparation tissulaire. 3– Sortie de l’état non différencié = de l’état quiescent : la division, par retour dans le cycle cellulaire et après réplication. Étude de la mitose et de ses déterminants, évolutions cellulaires (hérédité mendélienne et non mendélienne). Distinguer les divisions symétriques et asymétriques ; intégration à l’échelle de l’organisme pour le renouvellement tissulaire et le vieillissement. 4– Entrée dans un état différencié : différenciations morphologique, biochimique, ultrastructurale, etc. découlant d’une évolution de l’expression génique suite à une évolution des signaux extracellulaires, et conduisant à une évolution fonctionnelle. Différenciation génétique possible : perte du noyau (hématie), remaniements (lymphocytes B), diminution de ploïdie par méiose (gamètes). 5– Maintien de l’état différencié = quiescence et vieillissement cellulaire et à l’échelle de l’organisme : sénescence : implication du stress oxydant cellulaire et à l’échelle de l’organisme, lien avec la nutrition – anti-oxydants –, conduisant… à la mort cellulaire : dégénérescence, lien avec pathologies dégénératives (myopathies – Alzheimer ou autres)… à la cancérogenèse.

    Volume horaire : 15h de CM - 15h de TP

    Plus d'informations

  • Biologie humaine, de l'organisme à la cellule (6 crédits)

    Code : S12PL4S2Langue : Français.

    Contenu : Objectifs généraux  : comprendre le fonctionnement d’un organisme humain en interaction avec son environnement : comment il s’alimente, se développe, se reproduit, se défend. Comprendre les enjeux de santé liés à quelques maladies humaines, ainsi que les principes des techniques d’exploration (imagerie, mesures physiologiques etc.). Les différentes séances de cette UE utiliseront différents supports (cours magistraux, polycopiés, analyse d’infographies, d’articles scientifiques vulgarisés, de figures extraites de publications internationales), de sorte à être en adéquation avec les différentes orientations professionnelles choisies par les étudiants. Contenu  : 1– se nourrir – 1.1– apports alimentaires : qualité et quantité. Établir une relation entre l’activité, l’âge, les conditions de l’environnement et les besoins de l’organisme. Relier la nature des aliments et leurs apports qualitatifs et quantitatifs pour comprendre l’importance de l’alimentation pour l’organisme (besoins nutritionnels). Relier l’approvisionnement des organes aux fonctions de nutrition. Apports discontinus (repas) et besoins continus. Groupes d’aliments, besoins alimentaires, besoins nutritionnels et diversité des régimes alimentaires… Aspects historiques de l’alimentation des sociétés humaines en relation avec les plantes domestiquées sur différents continents Nutrition et interaction avec les micro-organismes. Hygiène alimentaire. Mettre en évidence la place des microorganismes dans la production et la conservation des aliments (à mettre en rapport avec les conditions de croissance, ainsi que les métabolismes – fermentations – des micro-organismes). Mettre en relation les paramètres physicochimiques lors de la conservation des aliments et la limitation de la prolifération de microorganismes pathogènes. Quelques techniques permettant d’éviter la prolifération des microorganismes. Hygiène alimentaire. 1.2– Devenir des aliments dans le tube digestif – Physiopathologies : obésité, diabètes I et II, maladie cœliaque. Système digestif, digestion, absorption des nutriments, avec les exemples de cellules différenciées eucaryotes suivantes : la cellule épithéliale intestinale et la cellule acineuse du pancréas. Pathologie : maladie cœliaque. Importance du microbiote. 1.3– Réserves énergétiques. Court terme : réserves glucidiques : régulation hormonale de la glycémie avec rôle central du foie, organe de réserve. Pathologies : diabètes I et II. Long terme : réserves lipidiques : tissu adipeux blanc, leptine. Pathologie : obésité. 1.4– Excrétion – physiopathologie : diabète insipide. Rôles de l’urine dans l’homéostasie de l’organisme humain (équilibre, hydrique, sodé, acido-basique, excrétion de déchets azotés). Mécanismes de formation de l’urine au niveau du rein (filtration, réabsorptions, sécrétions) et leur quantification. Pathologie diabète insipide -> contrôle de la volémie et de l’osmolarité 1.5– Respiration – physiopathologie : mucoviscidose. Ventilation : aspects mécanique et évitement du collapsus (patho emphysème, détresse respiratoire du nouveau-né). Échanges gazeux. Défenses de l’appareil respiratoire (patho mucoviscidose, tuberculose). 1.6– Circulation. Relier les besoins des cellules animales et le rôle des systèmes de transport dans l’organisme, avec l’exemple de la cellule différenciée hématie. La pompe cardiaque (avec l’ex des cellules musculaires striées cardiaques), les rôles complémentaires des vaisseaux (patho athérome, thrombose). 2– Interagir avec son environnement. Mettre en évidence le rôle du cerveau dans la réception et l’intégration d’informations multiples. Message nerveux, centres nerveux, nerfs, cellules nerveuses dont neurone, exemple de cellule différenciée. Plasticité cérébrale (y compris chez l’adulte). La motricité (avec physiopathologies) : (i) trois étages de complexité : notion de réflexe (myotatique, moelle épinière) + contrôle volontaire par cortex + modulation des programmes moteurs par ganglions de la base. (ii) nombreuses maladies qui touchent directement le tissu nerveux (dégénérescences : SLA, Parkinson…). (iii) Modèle possible pour plasticité (après entraînement). (iv) Lien plus clair avec l’exercice physique. Relier quelques comportements à leurs effets sur le fonctionnement du système nerveux. Système de récompense. Activité cérébrale ; hygiène de vie : conditions d’un bon fonctionnement du système nerveux, perturbations par certaines situations ou consommations (seuils, excès, dopage, limites et effets de l’entraînement). 3– Intégration de l’ensemble des connaissances de l’UE  : exemple de l’adaptation à un exercice physique. Expliquer comment le système nerveux et le système cardiovasculaire interviennent lors d’un effort musculaire, en identifiant les capacités et les limites de l’organisme. Rythmes cardiaque et respiratoire, et effort physique. 4– Se développer et devenir aptes à se reproduire  : 4.1– identifier et caractériser les modifications subies par un organisme vivant (naissance, croissance, capacité à se reproduire, vieillissement, mort) au cours de sa vie. Différences morphologiques homme, femme, garçon, fille. Stades de développement (œuf -fœtus-bébé-jeune-adulte). Décrire et identifier les changements du corps au moment de la puberté ; Modifications morphologiques, comportementales et physiologiques lors de la puberté. Rôle respectif des deux sexes dans la reproduction. Exemple de cellules différenciées : l’ovocyte et le spermatozoïde avec principes des corrélations hormonales. Méiose et Mitose : UE Cycle cellulaire. 4.2– Relier le fonctionnement des appareils reproducteurs à partir de la puberté aux principes de la maîtrise de la reproduction. Puberté ; organes reproducteurs, production de cellules reproductrices, contrôles hormonaux. Expliquer sur quoi reposent les comportements responsables dans le domaine de la sexualité : fertilité, grossesse, respect de l’autre, choix raisonné de la procréation, contraception, prévention des infections sexuellement transmissibles. Stabilité et diversité des génotypes et des « phénotypes : mutations, réparation, brassages : UE Cycle cellulaire. Vieillissement des organismes : UE Cycle cellulaire. Cancérogenèse : UE Cycle cellulaire . 5– Les réactions qui permettent à l’organisme de se préserver des micro- organismes pathogènes . Réactions immunitaires. Argumenter l’intérêt des politiques de prévention et de lutte contre la contamination et/ou l’infection. Mesures d’hygiène, vaccination, action des antiseptiques et des antibiotiques. BMR et résistance aux antibiotiques, maladies nosocomiales. Éléments de virologie.

    Volume horaire : 30h de CM - 30h de TP

    Plus d'informations

  • Cartographie des grands ensembles géodynamiques de France (3 crédits)

    Code : S12ST4S1Langue : Français.

    Contenu : Dans le cadre de l’enseignement des Sciences de la Terre dans les établissements du Secondaire, il est important que l’enseignant ait une connaissance générale de la géologie de la France métropolitaine. Pour ce faire, la carte géologique de France au millionième constitue le meilleur support d’apprentissage. L’objectif de cette U.E. est de donner les bases de l’analyse de la carte géologique de France au millionième et de quelques cartes au 1/50 000ème à travers l’étude des principaux grands ensembles géologiques et géodynamiques de France métropolitaine. Notamment, elle permettra d’aborder les marqueurs morphologiques, sédimentologiques, tectoniques, métamorphiques et magmatiques de ces grands ensembles. et enseignement sera l’occasion d’aborder quelques éléments de géodynamique interne et externe qui seront à mettre en lien avec les enseignements de pétrologie et de minéralogie de L2 SVT SBG ainsi que les enseignements de géodynamique (interne et externe ) de L3 SVT SBG. Séance 1  : bases de la cartographie et analyse de la légende de la carte géologique de la France au millionième (CGFM). Séance 2  : Alpes 1 : étude du Jura et des chaînons sub–alpins. Séance 3  : Alpes 2 ; marqueurs du cycle alpin à partir de la CGFM. Séance 4  : Chaîne varisque ; étude du magmatisme et métamorphisme du Massif Central. Séance 5  : contrôle continu 1. Séance 6  : Chaîne varisque ; marqueurs du cycle varisque à partir de la CGFM. Séance 7  : bassins sédimentaires 1 ; bassin Parisien. Séance 8  : bassins sédimentaires 2 ; fossé péri–alpins. Séance 9  : schéma structural de la carte géologique de France au millionième. Séance 10  : contrôle continu 2.

    Volume horaire : 15h de CM - 15h de TP

    Plus d'informations

  • Professionnalisation au S4 (3 crédits)

Semestre 5 Sciences biologiques et géologiques

[ détails ]

  • Anglais 3 – Présentation scientifique (3 crédits)

    Code : S12AN5M1Langue : Français.

    Contenu : Les objectifs de ce module sont de se familiariser avec les termes scientifiques les plus fréquemment rencontrés dans le domaine de l’environnement et le mode de rédaction en anglais d’articles scientifiques. Les enseignements reportent sur la lecture, la compréhension et la restitution d’articles scientifiques sélectionnés en lien avec une thématique principale. Chaque groupe d’étudiants constitués – trois à cinq étudiants – aura à sa disposition 3 articles de niveaux différents – un article de vulgarisation, deux articles axés recherche. L’enseignement portera à la fois sur l’étude de la grammaire, le vocabulaire, les tournures de phrase et l’orthographe (avec l’enseignant de langue anglaise), et sur la compréhension de la démarche scientifique, des résultats, conclusions et perspectives scientifiques – avec l’enseignant scientifique référent du parcours.

    Volume horaire : 26h de TD

    Plus d'informations

  • Unité et diversité des êtres vivants (6 crédits)

    Code : S12BE5M2Langue : Français.

    Contenu : 1– Unité et diversité cellulaires procaryotes et eucaryotes, intégrations à l’échelle de l’organisme. 1.1– Approche biochimique et métabolique : les molécules du vivant, les réactions du métabolisme. Le fil directeur est l’analyse de différents organismes vivants (eucaryotes et procaryotes), de leur composition, et de l’évolution de cette composition de sorte à produire de l’énergie en vue de la réalisation des différents travaux cellulaires. Dans chaque partie, un « va-et-vient » entre les échelles moléculaires, cellulaires et de l’organisme sera réalisée, de sorte à intégrer les connaissances aux différentes échelles du vivant. 1.2. Approche cellulaire : morphologie (dont polarisation), ultrastructures, cytosquelette. Le fil directeur est l’analyse de l’unité cellulaire de différents organismes vivants (eucaryotes et procaryotes), de leurs caractéristiques similaires et différentes, de sorte à générer un aperçu cellulaire de l’unité et de la diversité du vivant. Dans chaque partie, un « va-et-vient » entre les échelles moléculaires, cellulaires et de l’organisme sera réalisée, de sorte à intégrer les connaissances aux différentes échelles du vivant. Nous nous servirons d’exemples de cellules déjà évoqués en L2 (et ainsi détaillées en L3) : euK (CAP, CPP, hématie, neurone) et proK ( E. coli comme exemple de bactérie, TAq comme exemple d’archée). 1.3– Approche génomique. Le fil directeur repose sur les supports de l’information génétique pour chaque cellule d’organisme, en analysant en quoi chaque support est réplicable, exprimable, variable. Il conviendra de considérer cette approche génomique de l’unité et de la diversité des cellules, autant d’un point de vue naturel que biotechnologique. Les enseignements prendront également soin d’apporter une culture en histoire des sciences. (i) Unité et diversité des supports de l’information génétique. (ii) Unité et diversité des cycles cellulaires. (iii) Unité et diversité de la réplication et de la division des supports de l’information génétique (avec cycle cellulaire). (iv) Unité et diversité de l’expression des supports de l’information génétique (dont épigénétique). On considérera la complémentarité des génomes euK et proK dans le cas des symbioses. (v) Unité et diversité de la variation des supports de l’information génétique (variations naturelles et artificielles de type OGM / Crispr-Cas9 / etc.). (vi) Unité et diversité des morts cellulaires. 2– Classer les organismes, exploiter les liens de parenté pour comprendre et expliquer l’évolution des organismes. Unité, diversité des organismes vivants. Reconnaitre une cellule » La cellule, unité structurelle du vivant Utiliser différents critères pour classer les êtres vivants ; identifier des liens de parenté entre des organismes. Identifier les changements des peuplements de la Terre au cours du temps. Diversités actuelle et passée des espèces. Évolution des espèces vivantes. Relier les besoins des plantes vertes et leur place particulière dans les réseaux trophiques. Besoins des plantes vertes. Identifier les matières échangées entre un être vivant et son milieu de vie. Besoins alimentaires des animaux. Devenir de la matière organique n’appartenant plus à un organisme vivant. Décomposeurs.

    Volume horaire : 30h de CM - 30h de TP

    Plus d'informations

  • Les fonctions de relation (3 crédits)

    Code : S12BI5S1Langue : Français.

    Contenu : Objectifs généraux  : l’étudiant saura présenter les différents organes et fonctions permettant à un organisme animal d’interagir avec son environnement : le tégument, les squelettes et la musculature associée (fonction de locomotion), les systèmes neuro-sensoriels (à partir de l'exemple de la vision, et de réponse motrice). L’étudiant saura présenter la diversité des fonctions de relation chez les Métazoaires, mais également utiliser diverses échelles et méthodes d’étude pour expliquer en détails le fonctionnement chez les Mammifères. Contenu  : 1– le tégument. 1.1– Diversité des téguments . 1.2– Analyse histologique et au MET, définition des différents tissus (épithélium, conjonctif, nerveux, musculaire). Caractéristiques de la cellule épithéliale, en adéquation avec les fonctions : focus sur le cytosquelette et les jonctions cellulaires. Caractéristiques de la cellule conjonctive fibroblaste et de la matrice conjonctive (collagène et autres constituants), en adéquation avec les fonctions. Caractéristiques de la cellule conjonctive adipocyte, en adéquation avec les fonctions : focus sur la biochimie lipidique, la constitution et la remobilisation des réserves lipidiques, focus sur les hormones sécrétées par ces cellules et lien avec physiopathologies de type obésité et diabètes. 2– Les squelettes et la musculature associée. 2.1– Diversité des squelettes : hydrosquelette, exosquelette, endosquelette. 2.2– Étude histologique d’un os long, et déduction des fonctions du squelette : soutien, protection, production de cellules sanguines, et régulation de la phospho-calcémie. Focus sur les cellules ostéoblaste–ostéocyte et les cellules ostéoclastes : exemple de différenciation nucléaire (par fusions cellulaires), travaux pratiques sur la différenciation, lien avec les balances hormonales Physiopathologies : ostéoporose et ostéopétrose, recherche de matériels de prothèses – coraux, nacre, autres. 2.3– Montage et coloration d’un prélèvement musculaire : accès au résultat = striation des cellules musculaires, analyse de MET : interprétations, étude de l’état différencié FMSS, au niveau nucléaire, cytosquelettique, biochimique, etc. Identification et étude des tendons et des ligaments au cours de la dissection = mise en évidence de la diversité des matrices extracellulaires, et de leurs fonctions. Mise en évidence de l’importance de la différenciation des matrices, composant fondamental des tissus. Pratiques sportives et accidents musculo-articulaires. Étude des fibres type I/IIa-b – cytologie ; métabolisme ; fatigabilité. Effets de l’entraînement. 3– Perception de l’environnement et communication : les systèmes nerveux. 3.1– Diversité des systèmes nerveux – diffus, ganglionnaires, céphalisés, diversité des organes de vision, etc. 2– Analyse histologique et analyse microscopique électronique. Excitabilité, jonction neuro-musculaire – Homme et autres espèces. 3.3– Organisation du système nerveux, voies réflexes, contrôle de la motricité et organes sensoriels (= étude de la vision, motricité traitée en L2) chez Homme. Mettre en évidence le rôle du cerveau dans la réception et l’intégration d’informations multiples. Message nerveux, centres nerveux, nerfs, cellules nerveuses. Relier quelques comportements à leurs effets sur le fonctionnement du système nerveux. Les rythmes (circadien, saisonnier). 4– Activité cérébrale ; hygiène de vie : conditions d’un bon fonctionnement du système nerveux, perturbations par certaines situations ou consommations (seuils, excès, dopage, limites et effets de l’entraînement).

    Volume horaire : 15h de CM - 15h de TP

    Plus d'informations

  • Les fonctions de défense de l'organisme (3 crédits)

    Code : S12PL5M1Langue : Français.

    Contenu : Objectifs généraux : comprendre la dynamique des écosystèmes et de la biodiversité pour mieux en comprendre les implications humaines. Introduction sur l’écologie, ses sous-disciplines, le concept de biodiversité et d’écosystème. Cours de biologie des populations . Caractériser les stratégies de développement des populations d’êtres vivants (stratégies démographiques). Expliquer les effets de différents facteurs dépendants et indépendants de la densité (cas de la densité-dépendance : croissance logistique). Expliquer les effets de la prédation sur les variations d’effectif de population (modèle de Lotka-Voltera). Expliquer le rôle des interactions mutualistes et parasitaires (effet Janzen-Connell) sur la dynamique des populations. Cours fonctionnement des écosystèmes. 1– Producteurs primaire et entrée de l’énergie. 2 – Biomasse, production et productivité comparée entre écosystèmes. 3– Chaînes trophiques et réseau → transfert de matière et d’énergie. 4- Identifier les relations trophiques et les intégrer dans le fonctionnement d’écosystèmes (chaînes et réseaux trophiques, productivité, rendements et pyramides de production). Expliquer les processus de minéralisation. Expliquer les notions d’espèce « architecte » et espèce « ingénieur ». 5– Décomposition et fabrication des sols (processus métaboliques microbiens) . Cours : caractériser l’écosystème sol dans toutes ses dimensions à partir d’un exemple . 1- Expliquer les étapes de formation d’un sol. 2– Argumenter l’importance du sol dans le recyclage de la matière. 3- Expliquer la décomposition, en la reliant à l’existence de consommateurs microbiens, capables pour certains d’utiliser des molécules complexes (lignine, cellulose). 4– Relier la transformation de la matière organique avec la formation de combustibles fossiles. 5- dynamiques des perturbations. Cours domestication et agrosystème. 1– Des vivants transformés et une histoire évolutive. 2– Décrire un exemple d’agrosystème et en identifier les finalités. 3– Comparer agrosystème et écosystème en termes de flux de matières, d’énergie, de productivités, de rendements et d’impact environnemental. 4– Discuter des pratiques utilisées et de leurs impacts (techniques culturales, coût énergétique, conséquences environnementales). 5- Discuter des méthodes employées en agronomie en relation avec la santé chez l’Homme. 6- Discuter la différence d’impact écologique entre alimentation carnée et végétarienne. 7- Identifier à l’échelle globale, les défis et limites de l’agriculture pour assurer l’alimentation d’une population humaine toujours croissante dans une perspective de développement durable (ressources en eau, sol, énergie, paramètres socio-économiques). Cours cycle du carbone . 1- Décrire le cycle du carbone et le cycle de l’azote simplifiés. 2– Expliquer l’origine des molécules et les conditions de leur accumulation jusqu’à leur transformation pour former des combustibles fossiles. 3– Mettre en relation les cycles du carbone et de l’azote avec les perturbations anthropiques : déforestation, pollution. 4– Décrire des exemples à l’échelle locale (prairie, forêt) : sortie Sainte Baume. Caractériser la structuration spatiale de l’écosystème (strates, sol, fraction microbienne, distribution des espèces). Caractériser les relations intraspécifiques et interspécifiques entre organismes de l'écosystème – compétition, prédation, parasitisme ; compétitition intra, reproduction. Action de l’espèce humaine sur les écosystèmes  : projet et oral. Discuter de la fragilité des écosystèmes, de l’effet des pollutions et de leurs enjeux. Caractériser les différents types de pollution et expliquer leurs effets à différentes échelles de temps et d’espace (y compris la notion de pollution génétique). Expliquer les effets d’une perturbation anthropique sur un écosystème : plante invasive (connaître un exemple). Gestion des écosystèmes : réhabilitation de site (connaître un exemple), réintroduction d’espèces. Terrain : 1– Sainte-Baume. Stratification forêt ; paramètres abiotiques ; sol ; recyclage ; lien avec agrosystème adjacent estimation biomasse – production, etc. Sortie étang des Aulnes, coussouls de Crau et réhabilitation melonnières ou faucon crêcerellette. Sortie étang de Berre – lagune et pollution.

    Volume horaire : 15h de CM - 15h de TP

    Plus d'informations

  • Synthèse en SVT - semestre 5 (3 crédits)

    Code : S12PL5S1Langue : Français.

    Contenu : Objectif  : l'objectif principal de cette UE est de décloisonner l'enseignement des différentes UE des trois années de licence, en proposant aux étudiants de réfléchir sur des sujets transversaux qui transcendent les échelles et les sous-disciplines de la biologie et des sciences de la Terre et de l’Univers. Ce faisant, les étudiants seront amenés à s'exprimer à l'écrit comme à l'oral autour de sujets synthétiques, avec ou sans document. Contenu  : Cette UE complète la formation disciplinaire des autres UE, et permet de traiter plusieurs questions synthétiques grâce à des thématiques de révision organisées par période de deux ou trois semaines tout le long du semestre. D’une part, les étudiants seront encadrés en TD permettant d’aborder les méthodologies spécifiques de la synthèse, de l’analyse de documents, et de l’oral. D’autre part, les étudiants réaliseront des exercices blancs, c’est-à-dire des épreuves écrites et orales dans des conditions proches du concours CAPES. Ces exercices permettront de mettre en œuvre : 1– une partie de synthèse sur un sujet donné. 2– Une partie d’analyse de document et d’incorporation de cette analyse dans une progression répondant à une problématique synthétique. 3– Une partie d’élaboration et présentation d’un exposé oral à l’aide d’une bibliographie sélectionnée. Ces exercices blancs feront l’objet de corrections détaillées (forme et fond), permettant d’évaluer leur progression.

    Plus d'informations

  • Organisation et dynamique de la terre interne (6 crédits)

    Code : S12ST5S1Langue : Français.

    Contenu : Ce module a pour objectif l'introduction de la structure et de la dynamique des enveloppes solides de la Terre, depuis le noyau jusqu'à la lithosphère. Il présente les principaux principes physiques contrôlant la dynamique actuelle et passée de ces enveloppes et il sert aussi à introduire ou approfondir les méthodes et outils permettant leur étude (géophysique, géochimie, etc.). Le module est articulé autour des 20 cours suivants. Chaque cours est conçu comme une unité indépendante développée pendant une séquence de 1 h 30 – format lecture anglo-saxon. Les séances de TD suivent le déroulement du cours et proposent des exercices d'illustration concrets. 1– Connaissance de la Terre solide : problématique et enjeux. 2 – Séismes et sismologie. 3– La structure profonde de la Terre vue par la sismologie. 4– Composition des enveloppes profondes de la Terre. 5– La Terre machine thermique. 6– Forme de la Terre et gravimétrie. 7– Structure et dynamique du noyau. 8– Convection mantellique : moteurs, modèles et implications. 9 – Tectonique des plaques : mise en évidence d'une cinématique. 10 – Tectonique des plaques : de la cinématique à la dynamique. 11– Tectonique des plaques : cinématiques instantanées et finies. 12– Processus aux frontières de plaques : les dorsales océaniques. 13– Processus aux frontières de plaques : les zones de subduction. 14– Comportement sismotectoniques des frontières de plaques. 15– Comportement thermo-mécanique et mouvements verticaux de la lithosphère. 16– Approches géochimiques pour la connaissance de la Terre profonde. 17– Histoire de la mise en place des enveloppes de la Terre solide. 18– Interactions entre géodynamiques interne et externe. 19– Planétologie comparée : la Terre dans le système solaire. 20– Le problème de l'âge de la Terre.

    Volume horaire : 30h de CM - 30h de TP

    Plus d'informations

  • Paléoenvironnements (3 crédits)

    Code : S12ST5S2Langue : Français.

    Contenu : Objectif : familiariser les étudiants avec les grands environnements terrestres et marins ; apprendre à identifier ces environnements dans le registre géologique à partir des informations sédimentologiques, paléontologiques et géochimiques ; identifier les forçages et conséquences de l’évolution des environnements au cours du temps dans le contexte des grandes étapes de l’histoire de la Terre et de la Vie. Contenu  : CM sur les environnements glaciaires et les grandes glaciations au cours des temps géologiques associés avec un TD sur l’évolution du gradient latitudinal des eaux de surface entre le dernier maximum glaciaire et l’Holocène et sur le transport sédimentaire et l’impact environnemental de l’événement de Heinrich H4. CM sur les environnements continentaux avec des chapitres sur les environnements arides à transport sédimentaire éolien, les environnements fluviatiles et les environnements lacustres. Ces thématiques sont associés à un TD sur les descriptions des terrasses de la Garonne à partir de la carte géologique de Muret (1/50 000) et les reconstructions des conditions environnementales dans les dépôts cycliques du Néoprotérozoïque. CM sur les environnements marins avec des chapitres sur les environnements deltaïques, les environnements côtiers et les environnements pélagiques. Le TD se focalise sur la dynamique sédimentaire de la baie du Mont-Saint-Michel à partir de la carte géologique du même nom (1/50 000) et une estimation de la variation de la profondeur de la CCD au cours du Cénozoïque. CM sur les grands Lagerstätten mondiaux et français traitant des différents types de préservations exceptionnelles, l’importance des sites à préservation exceptionnelle dans la reconstruction de la l’histoire de la vie et un catalogue des grands Lagerstätten . Le TD se focalise sur l’étude du Lagerstätte à microfossiles du Groupe de Kilwa en Tanzanie. CM sur les grandes crises de la biodiversité en traitant de l’évolution de la biodiversité au cours du Phanérozoïque et des causes des grandes crises. Le TD se focalise sur le calcul de la vitesse de récupération post-crise après la crise Permien–Trias à partir des données quantitatives et du site à préservation exceptionnelle de Paris Canyon, USA. CM sur les traces fossiles (sites d’Isua et Akilia au Groenland, Baberton en Afrique du Sud, Strelley pool en Australie) et les scénarii d’apparition de la Vie sur Terre : synthèse et polymérisation des monomères organiques, formation des cellules, métabolismes primordiaux. Apport des phylogénies basées sur le séquençage des ARN et des protéines. TD sur les conditions d’habilité de la Terre comparée aux planètes du système solaire. CM sur l’évolution de l’atmosphère terrestre du Précambrien à l’actuel. Comparaison de l’atmosphère terrestre avec les atmosphères des autres planètes telluriques. Dégazage primordial de l’atmosphère – datation par les radioactivités éteintes –, conductions réductrices à l’Archéen et grand événement oxydant. Évolution au Phanérozoïque – altération des silicates et piégeage de dioxyde de carbone. TD sur les modifications actuelles anthropiques de l’atmosphère. CM sur les paléoenvironnements propices à la formation d’hydrocarbures. Mesures de la productivité organique, conditions de préservation de la matière organique – zone à minimum d’oxygène, caractérisation de la matière organique des roches, exploitation de gisements actuels (Moyen-Orient, Amérique du Sud). TD de comparaison des paléoenvironnements Carbonifère de Saint-Étienne et Graissessac. Une journée de terrain est organisée dans le bassin de l’Arc entre La Bouilladisse et Chateauneuf-le-Rouge (Bouches-du-Rhône). L’objectif du terrain est d’observer divers affleurements géologiques, faire des observations faciologiques et paléontologiques afin de reconstruire les environnements puis discuter de l’évolution des environnements au cours du temps au regard de la tectonique régionale. Évaluation  : les étudiants sont évalués par (1) des contrôles de connaissances hebdomadaires (7) de 15 min à chaque début de séance comptant pour 40% de la note de l’UE ; (2) un rapport de terrain en groupe évaluant la capacité à identifier des environnements sur la base des observations et la capacité à transmettre des informations organisées à l’écrit le tout comptant pour 20% de la note de l’UE ; (3) un examen final suivant un format CAPES « Étude de document » évaluant les étudiants sur la capacité à extraire les informations de résultats scientifiques pour répondre à une problématique et à organiser leur argumentaire à l’écrit comptant pour 40% de la note de l’UE.

    Plus d'informations

  • Professionnalisation (3 crédits)

Semestre 6 Sciences biologiques et géologiques

[ détails ]

  • Anglais 4 (3 crédits)

    Code : S12AN6I1Langue : Français.

    Contenu : Manipulation des structures de base de la langue. Compréhension d'un bref document authentique, écrit ou audio. Prise de parole de façon spontanée sur un sujet d’actualité. Expression d'une opinion par écrit. Lexique scientifique de base. Passage de la Certification de compétences en langues de l'enseignement supérieur niveau 2 (CLES 2).

    Volume horaire : 18h de TD

    Plus d'informations

  • Les êtres vivants dans leur milieu (4 crédits)

    Code : S12BE6M2Langue : Français.

    Contenu : Objectifs généraux : comprendre la dynamique des écosystèmes et de la biodiversité pour mieux en comprendre les implications humaines. Introduction sur l’écologie, ses sous-disciplines, le concept de biodiversité et d’écosystème. Cours de biologie des populations. Caractériser les stratégies de développement des populations d’êtres vivants (stratégies démographiques). Expliquer les effets de différents facteurs dépendants et indépendants de la densité (cas de la densité-dépendance : croissance logistique). Expliquer les effets de la prédation sur les variations d’effectif de population (modèle de Lotka-Voltera).Expliquer le rôle des interactions mutualistes et parasitaires (effet Janzen-Connell) sur la dynamique des populations. Cours fonctionnement des écosystèmes : 1– producteurs primaire et entrée de l’énergie. 2– Biomasse, production et productivité comparée entre écosystèmes. 3– Chaînes trophiques et réseau → transfert de matière et d’énergie. 3.1– Identifier les relations trophiques et les intégrer dans le fonctionnement d’écosystèmes (chaînes et réseaux trophiques, productivité, rendements et pyramides de production). 3.2– Expliquer les processus de minéralisation. 3.4– Expliquer les notions d’espèce « architecte » et espèce « ingénieur. 4– D écomposition et fabrication des sols (processus métaboliques microbiens). Caractériser l’écosystème sol dans toutes ses dimensions à partir d’un exemple. 4.1– Expliquer les étapes de formation d’un sol. 4.2– Argumenter l’importance du sol dans le recyclage de la matière. 4.3– Expliquer la décomposition, en la reliant à l’existence de consommateurs microbiens, capables pour certains d’utiliser des molécules complexes (lignine, cellulose). 4.4 – Relier la transformation de la matière organique avec la formation de combustibles fossiles. 5– D ynamiques des perturbations. Cours domestication et agrosystème : 1– des vivants transformés et une histoire évolutive. 2– Décrire un exemple d’agrosystème et en identifier les finalités Comparer agrosystème et écosystème en termes de flux de matières, d’énergie, de productivités, de rendements et d’impact environnemental. 3– Discuter des pratiques utilisées et de leurs impacts (techniques culturales, coût énergétique, conséquences environnementales). 4– Discuter des méthodes employées en agronomie en relation avec la santé chez l’Homme. 5– Discuter la différence d’impact écologique entre alimentation carnée et végétarienne. 6– Identifier à l’échelle globale, les défis et limites de l’agriculture pour assurer l’alimentation d’une population humaine toujours croissante dans une perspective de développement durable (ressources en eau, sol, énergie, paramètres socio-économiques). Cours cycle du carbone : 1– d écrire le cycle du carbone et le cycle de l’azote simplifiés. 2– Expliquer l’origine des molécules et les conditions de leur accumulation jusqu’à leur transformation pour former des combustibles fossiles. 3– Mettre en relation les cycles du carbone et de l’azote avec les perturbations anthropiques : déforestation, pollution. 4– Décrire des exemples à l’échelle locale (prairie, forêt)  : sortie Sainte-Baume. 5– Caractériser la structuration spatiale de l’écosystème – strates, sol, fraction microbienne, distribution des espèces. 6– Caractériser les relations intraspécifiques et interspécifiques entre organismes de l'écosystème. – compétition, prédation, parasitisme ; compétitition intra, reproduction. Action de l’espèce humaine sur les écosystèmes : projet et oral. 1– Discuter de la fragilité des écosystèmes, de l’effet des pollutions et de leurs enjeux. 2– Caractériser les différents types de pollution et expliquer leurs effets à différentes échelles de temps et d’espace – y compris la notion de pollution génétique. 3– Expliquer les effets d’une perturbation anthropique sur un écosystème : plante invasive (connaître un exemple). 4– Gestion des écosystèmes : réhabilitation de site – connaître un exemple –, réintroduction d’espèces. Terrain : 1– Sainte-Baume. Stratification forêt ; paramètres abiotiques ; sol ; recyclage ; lien avec agrosystème adjacent estimation biomasse – production, etc. Sortie étang des Aulnes, coussouls de Crau et réhabilitation melonnières ou faucon crêcerellette. Sortie étang de Berre – lagune et pollution.

    Plus d'informations

  • Les fonctions de reproduction, croissance, développement (4 crédits)

    Code : S12PL6M1Langue : Français.

    Contenu : Objectifs généraux : à partir de différents modèles animaux et végétaux, l'étudiant pourra expliquer comment les êtres vivants se développent (acquisition des plans d'organisation) et deviennent aptes à se reproduire. L’étudiant saura comparer le la reproduction sexuée et la multiplication végétative. 1– Identifier et caractériser les modifications subies par un organisme vivant (naissance, croissance, capacité à se reproduire, vieillissement, mort) au cours de sa vie. 1.1– Modifications de l’organisation et du fonctionnement d’une plante ou d’un animal au cours du temps, en lien avec sa nutrition et sa reproduction. 1.2– Différences morphologiques homme, femme, garçon, fille. 1.3– Stades de développement – graines-germination-fleur-pollinisation, œuf- larve-adulte, œuf – fœtus-bébé-jeune-adulte. 1.4– Allométries de croissance. 1.5– Gamètes et patrimoine génétique chez les Vertébrés et les plantes à fleurs. 1.6– Reproduction, cycles de reproduction, milieux et modes de vie, oviparité–viviparité. 1.7– Développement et acquisition du PO des organismes animaux et végétaux – déterminisme du sexe. 1.8– Contrôles du DE et DPE (modèles amphibien et insecte) des organismes A et V, avec croissance osseuse. 1.9– Contrôles par des facteurs environnementaux. 2–. Relier le fonctionnement des appareils reproducteurs à partir de la puberté aux principes de la maîtrise de la reproduction . Enjeux sociétaux . 2.1– Puberté ; organes reproducteurs, production de cellules reproductrices, contrôles hormonaux. 2.2– Décrire et identifier les changements du corps au moment de la puberté. 2.3– Modifications morphologiques, comportementales et physiologiques lors de la puberté. 2.4– Rôle respectif des deux sexes dans la reproduction. 2.5– Expliquer sur quoi reposent les comportements responsables dans le domaine de la sexualité : fertilité, grossesse, respect de l’autre, choix raisonné de la procréation, contraception, prévention des infections sexuellement transmissibles. 3– Relier des éléments de biologie de la reproduction sexuée et asexuée des êtres vivants et l’influence du milieu sur la survie des individus, à la dynamique des populations. 3.1– Reproductions sexuée et asexuée, rencontre des gamètes, milieux et modes de reproduction. 3.2– Comparer les stratégies de reproduction : (i) sexuée vs asexuée ; (ii) sexuée uniparentale vs biparentale – mécanismes évitant l’autofécondation, notamment chez les angiospermes. 4– Expliquer sur quoi reposent la diversité et la stabilité génétique des individus. Expliquer comment les phénotypes sont déterminés par les génotypes et par l’action de l’environnement. ADN, mutations, brassage, gène, méiose et fécondation : UE « Unité et diversité des êtres vivants ». Multiplications chez unicellulaires : UE « unité et diversité des êtres vivants » et UE « Fonctions de défense ». Cycle cellulaire : UE « unité et diversité des êtres vivants ».

    Volume horaire : 20h de CM - 20h de TP

    Plus d'informations

  • Les fonctions de nutrition (6 crédits)

    Code : S12PL6S1Langue : Français.

    Contenu : Objectifs généraux : l’étudiant pourra expliquer la nutrition des autotrophes et hétérotrophes à toutes les échelles (du métabolisme cellulaire à l’échelle de l’organisme), en relation avec les contraintes de leur milieu et mode de vie. L’UE traitera ainsi de la nature des molécules organiques, des voies métaboliques, des échanges gazeux (respiration et photosynthèse), de l’excrétion de déchets (notamment azotés), de la circulation de fluides permettant des échanges entre les organes spécialisés (milieu intérieur, sèves). 1– Fonctions de nutrition et métabolismes des molécules organiques du vivant. 1.1– Constitution de la matière organique du vivan t (eucaryotes animaux et végétaux, procaryotes bactériens et archées). 1.1.1 – Travaux pratiques. 1.1.2 – Squelettes carbonés hydrogénés, azotés pour les protéines (outils et techniques permettant d’accéder à la biochimie des molécules–comparaison avec quantifications) : origine du carbone, origine de l’H (importance de l’eau, notamment dans la photosynthèse : ExAO). 1.1.3– Importance des liaisons chimiques (valeurs énergétiques, liaisons faibles et conformations des molécules du vivant, liaisons fortes et stockage d’énergie, focus sur les liaisons à haut potentiel d’hydrolyse dans le vivant, dont les liaisons phosphodiester de l’ATP). 1.2– Obtention et prise en charge des substrats organiques initiaux. 1.2.1 Hétérotrophie au carbone et à l’azote : a. respirations oxygéniques (adéquation avec le cycle de Krebs (CO2) et la respiration mitochondriale cellulaire (O2), régulation, focus sur la physiopathologie du stress), et non oxygéniques (focus sur le microbiote). Substrats carbonés donneurs d’électrons (glucides : glycolyse/lipides : beta-oxydation). b. Modalités d’alimentation chez les eumycètes et les animaux. Recherche et prise alimentaire, digestion, absorption – rôle du microbiote (ex. : homme et ruminant). Un saprophyte, un parasite biotrophe, une symbiose lichénique, ectomycorhize rappel. Absorbotrophie (idem bactéries). c. Gestion des déchets métaboliques par la cellule et l’organisme : l’excrétion. Prise en charge et évacuation des déchets. Excrétion et milieux de vie. 1.2.2 Autotrophie au carbone et à l’azaote. a. Autotrophie au carbone. b. Autotrophie à l’azote. 1.2.3 Principes fondamentaux du métabolisme cellulaire, intégration à l’échelle de l’organisme et applications. a. les grands concepts des voies du métabolisme énergétique. Formes d’énergie prélevées avec quantification (lumineuse ou chimique à forte énergie, cf partie I. a. iii.) et utilisées par le vivant (travaux cellulaires : utilisation des liaisons chimiques « riches » en énergie) : l’importance des couplages énergétiques, avec ou sans conversion = multiplicité des formes d’énergie et récupération progressive de l’énergie initiale. L’utilisation de l’ATP par couplages énergétiques. b. Types trophiques : électrons/Hydrogènes, carbone et énergie. Objectif : Sensibilisation à la diversité des métabolismes, étude écologique de ces différents métabolismes, mise en évidence de leur association au sein d’un unique organisme Relier l’ensemble des processus métaboliques aux fonctionnements des cellules, à partir de trois exemples : les cellules végétales chlorophylliennes, la cellule musculaire striée squelettique, la levure Expliquer les grandes lignes du métabolisme énergétique d’une bactérie nitrifiante (chimiolithotrophie). c. les grands concepts des voies du métabolisme intermédiaire respiratoire L’utilisation des substrats organiques initiaux (squelettes carbonés hydrogénés) et la genèse de l’acétyl-coA. L’utilisation de l’acétyl-coA (cycle de Krebs) et la genèse de pouvoir réducteur L’utilisation de pouvoir réducteur (variations autour des accepteurs finaux d’électrons) et la genèse d’ATP. Comparaison avec les autres voies métaboliques, dont les photosynthèses. Importance de la compartimentation cellulaire et à l’échelle de l’organisme. d. L’adéquation entre apports et besoins. Les contrôles enzymatiques. 2– Fonctions de nutrition et métabolismes des molécules minérales du vivant. 2.1– Eau. Quantification dans le vivant, apports (régulations), origines (nutrition et métabolisme), transports, substrats et produits de métabolisme, altérations cellulaires et physiopathologies. À l’échelle de l’organisme :·(i) stratégies face au stress hydrique chez les végétaux (tolérance, échappement, évitement ; capacités d’absorption racinaire, stockage, métabolismes photosynthétique CAM et C4…). Stratégies face au stress hydrique chez les animaux (tolérance, échappement, évitement -> type d’excrétion azotée, eau métabolique…). 2.2– Ions. Quantification dans le vivant, apports, implication dans les réactions du vivant, dont métaboliques, altérations cellulaires et physiopathologies. Osmorégulation du milieu intérieur. 2.3 O2 et CO2 : apports, rejets, mécanismes. 3– Mise en relation des organes assurant les fonctions de nutrition au sein d’un organisme : la circulation. 3.1– Les systèmes de transport dans l’organisme animal : circulation. I mporter–exporter les substrats du métabolisme, favoriser un échange). Diversité des compartiments liquidiens constituant le milieu intérieur, systèmes circulatoires ouverts et fermés, circulation sanguine simple et double. (i) Pompe : cœurs. (ii) Circuits = vaisseaux. (iii) Notion de régulation et exemple de la régulation de la pression artérielle et/ou de la volémie et/ou de l’osmolarité. 3.2– La circulation de la sève brute et la distribution des assimilas photosynthétiques au sein du végétal.

    Volume horaire : 30h de CM - 30h de TP

    Plus d'informations

  • Synthèse en SVT - semestre 6 (3 crédits)

    Code : S12PL6S2Langue : Français.

    Contenu : Objectif  : l'objectif principal de cette UE est de décloisonner l'enseignement des différentes UE des trois années de licence, en proposant aux étudiants de réfléchir sur des sujets transversaux qui transcendent les échelles et les sous-disciplines de la biologie et des sciences de la Terre et de l’Univers. Ce faisant, les étudiants seront amenés à s'exprimer à l'écrit comme à l'oral autour de sujets synthétiques, avec ou sans document. Contenu  : Cette UE complète la formation disciplinaire des autres UE, et permet de traiter plusieurs questions synthétiques grâce à des thématiques de révision organisées par période de deux ou trois semaines tout le long du semestre. D’une part, les étudiants seront encadrés en TD permettant d’aborder les méthodologies spécifiques de la synthèse, de l’analyse de documents, et de l’oral. D’autre part, les étudiants réaliseront des exercices blancs, c’est-à-dire des épreuves écrites et orales dans des conditions proches du concours CAPES. Ces exercices permettront de mettre en œuvre : 1– une partie de synthèse sur un sujet donné. 2– Une partie d’analyse de document et d’incorporation de cette analyse dans une progression répondant à une problématique synthétique. 3– Une partie d’élaboration et présentation d’un exposé oral à l’aide d’une bibliographie sélectionnée. Ces exercices blancs feront l’objet de corrections détaillées (forme et fond), permettant d’évaluer leur progression.

    Plus d'informations

  • Approche intégrée de l'histoire géologique de la France (4 crédits)

    Code : S12PL6S3Langue : Français.

    Contenu : Les sciences de la Terre sont des disciplines dont l’étude demande une approche mutidisciplinaire – géologie structurale, pétrologie, géochimie, géophysique, etc. – et multiscalaire – de l’ensemble géodynamique au minéral. Il est donc naturel que cette démarche soit au cœur de l’enseignement des Sciences de la Terre dans le secondaire. Cela demande donc de l’enseignant une compréhension et une maitrise de ces différentes échelles et de leurs liens. L’objectif de cet enseignement est donner, sur l’exemple des grands contextes géologiques de l’histoire de France métropolitaine et outre-mer, la capacité de lier ces différentes échelles et de pouvoir illustrer les notions des programmes du secondaire. Cette U.E. s’inscrit dans la continuité de l’U.E. de L2 SVT SBG Cartographie des grands ensembles géodynamiques de la France, ainsi que des U.E. de Minéralogie et pétrographie de L2 SVT SBG et Géodynamique interne et Paléoenvironnements de L3 SVT SBG. Séance 1  : Alpes 1 ; dynamique de l’océan liguro–piémontais. Séance 2  : Alpes 2 ; marqueurs de la collision continentale dans les Alpes occidentales. Séance 3  : cours sur le cycle orogénique alpin. Séance 4  : magmatismes et métamorphismes varisques du Massif Central. Séance 5  : cours sur la chaîne varisque. Séance 6  : caractéristiques des rifts péri–alpins. Séance 7  : caractéristiques de la chaîne pyrénéo–provençale. Séance 8  : volcanisme outre–mer. Séance 9  : schéma structural et histoire géologique de la France métropolitaine. Séance 10  : TP évalué.

    Volume horaire : 20h de CM - 20h de TD

    Plus d'informations

  • Dynamique des enveloppes externes (6 crédits)

    Code : S12ST6S1Langue : Français.

    Contenu : Cours : structure, composition et dynamique de l’atmosphère : bilan radiatif (2 h), circulation générale et structuration de l’atmosphère, effet de serre (2h) ; structure, composition et dynamique de l’océan : masse d’eau océanique (2 h), courantologie (2 h), couplage océan/atmosphère (2h) ; les variations climatiques (3h) ; cycle des roches : altération physique et chimique des roches (2h), érosion et transport des sédiments (2h), transformation en roche des sédiments (2h) ; bassins sédimentaires : mise en place et fonctionnement des bassins sédimentaires (4h), ressources au cœur des bassins (5h). Travaux pratiques : dynamique de l’atmosphère et météorologie (3 h), courantologie océanique (3 h), cycle du carbone et réchauffement climatique actuel (3 h), reconstitution paléoclimatique du quaternaire (3 h), reconstitution paléoclimatique des climats anciens (3 h) ; pétrographie exogène macroscopique (3h), pétrographie exogène microscopique (9h), étude des ressources d’un bassin sédimentaire (3h).

    Volume horaire : 30h de CM - 30h de TP

    Plus d'informations

Informations diverses

Secrétariat pédagogique :

Modalités d'inscription

Le parcours Sciences biologiques et géologiques se choisit en fin de L1 (portail Louis Pasteur) et l’inscription est de droit si la L1 est validée. Pour toute autre origine, les candidatures sont examinées par une commission pédagogique après dépôt des dossiers via l’application eCandidat d’Aix–Marseille université.