FormationsLic. professionnelleMétrologie, instrumentation et commande de procédés pour l'industrie (MICPI)

Licence professionnelle Gestion de la production industrielle Spécialité Métrologie, instrumentation et commande de procédés pour l'industrie (MICPI)

Responsable
  • Christelle CARETTE
    Adresse de Christelle CARETTE
Informations

Vous pouvez visiter le site Web du SUIO (dans une autre fenêtre) pour avoir une information plus générale sur les problèmes d'orientation.

Contacts orientation

Objectifs

Cette licence professionnelle prépare aux métiers relatifs à des fonctions industrielles ou de services dont les compétences correspondent à des professions intermédiaires entre celles de techniciens et d’ingénieurs. La spécialité de Licence Professionnelle MICPI couvre un large secteur professionnel constitué en particulier des activités de métrologie industrielle, de bureau d’étude et maintenance en instrumentation/automatismes, et du contrôle-commande.

Cette spécialité répond aux besoins des industries de procédés, des sociétés de productions associées, ou des sociétés de services. Elle permet de proposer, choisir, ou mettre en œuvre des solutions techniques répondant à une demande dans le cadre d’un procédé industriel. Elle a aussi un rôle d’assistance et d’expertise auprès des utilisateurs de ces solutions. Cette spécialité allie des compétences techniques et transversales. Elle cible des métiers de première insertion correspondent à des professions intermédiaires situées immédiatement sous les professions d’encadrement, dans le domaine des spécialités pluri technologiques de la production.

Compétences visées

Compétences communes à la spécialité : Gérer les équipements de contrôle et commander des processus industriels et conduire des équipes opérationnelles. Maîtriser l'instrumentation industrielle, notamment, dans le nucléaire et appliquer les normes en vigueur ainsi que les contraintes industrielles à respecter. Mettre en place une chaîne de mesure et assurer la gestion et l'étalonnage du parc d'appareils. Déterminer les paramètres à mesurer, établir les procédures de contrôle et participer au choix et à l'amélioration des équipements. Gérer ou réaliser des études, des analyses, des essais. Recueillir et analyser les informations nécessaires au pilotage des systèmes industriels (température, pression, débit...). Concevoir et utiliser des moyens informatiques spécifiques à la métrologie comme les logiciels d'acquisition ou de traitement de données. Communiquer en interne et en externe, Maîtriser l’anglais au niveau B1 du cadre européen commun de référence pour les langues.

Connaissances à acquérir

Les connaissances à acquérir se font au travers d’enseignements couvrant un champ large de bases fondamentales et techniques (Avoir des notions de bases et compléments en Mathématiques, Physique, Thermodynamique et Mécanique des Fluides, Chimie, Statistiques, Électronique, Informatique, Physique Nucléaire), associés à des notions en Instrumentation Générale (Connaître les capteurs, Savoir mesurer des grandeurs physiques – température - pression – débit - niveau, Connaître les bases de données, Maîtriser la gestion et la maintenance d’un parc de matériel) complétés par l'anglais et des notions de culture d'entreprise. Préparation à l’habilitation électrique H0/B0. Auxquelles s’ajoutent, respectivement, selon les parcours, des connaissances spécifiques en Métrologie (métrologie théorique et industrielle), en Bureau d’études et maintenance en instrumentation/automatismes (métrologie, instrumentation, maîtriser le bureau d'études, et les automatismes, connaître les réseaux et les systèmes de supervision, et la maintenance), en Contrôle-commande (Posséder les bases de l'informatique industrielle, connaître les réseaux et les systèmes de supervision, connaître les capteurs et les analyseurs).

Débouchés professionnels

  • Responsable (adjoint au) d’activités métrologiques au sein des industries de procédés, des laboratoires de métrologie industrielles, des sociétés de service accréditées,
  • Technicien des services ingénierie, travaux neufs, mesures, régulation ou maintenance des industries de procédés, services dans lesquels la compétence métrologie est une seconde compétence recherchée,
  • Responsable (adjoint au ) de projet ou Chargé d’affaire au sein des sociétés d’ingénierie, des bureaux d’étude en instrumentation, automatismes et contrôle-commande et des entreprises industrielles (spécialisation bureau d’études et maintenance, contrôle-commande),
  • Responsable d’activités Instrumentation/Automatismes au sein des sociétés de maintenance,
  • Chargé d’études et d’applications système au sein des industries de procédés et des sociétés de services,
  • Responsable technique de délégations territoriales de matériels et logiciels de Contrôle-Commande,
  • Chargé d’études instrumentation au sein de sociétés de conception, d’études et développement du domaine de l’instrumentation.
  • Profession intermédiaire dans les Bureaux d’études, Sociétés de services, Entreprises Industrielles, Services spécifiques dans les grands groupes et industries
  • Chargé d’interventions techniques en études et conception en instrumentation/automatismes pour l’industrie.

Métiers visés

Spécialités de formation (code NSF) :

  • 200r : Contrôle qualité de produits et procédés industriels
  • 200t : Technologies industrielles fondamentales, réalisation du service
  • 201r : Technologie de commandes des transformations industrielles (contrôle, prévention, entretien)

Public visé

Les étudiants titulaires de la deuxième année des licences suivantes, ayant validé les 120 premiers crédits de cette licence, sont admis de plein droit en (LP) :

  • Licences Sciences Pour l'Ingénieur, Physiques et, Mathématiques et Informatique, Ingénierie Électrique, Physique, Électronique, Électrotechnique et Automatique, Mathématiques, Chimie,
  • Licences scientifiques du secteur des sciences de la matière.

Les étudiants titulaires d’un diplôme de DUT, dans l’une des disciplines suivantes, peuvent être recrutés en LP : Mesures Physiques, Mécanique, Physico-chimie, Électronique, Techniques de Laboratoire, Génie Électrique, Informatique industrielle, Contrôle Industriel, Régulation, Automatisme, Maintenance …

Les étudiants titulaires d’un diplôme de BTS, peuvent être recrutés en LP, CIRA, Automatismes Industriels, Techniques Physiques pour l’Industrie et le Laboratoire (TPIL), Électronique, Électrotechnique …

Pré-requis obligatoires

Être titulaire d'un titre ou d'un diplôme de niveau bac + 2 (deux années de licence, DUT, BTS ou BTSA) dans l'une des disciplines suivantes : mesures physiques, mécanique, physico-chimie, électronique, techniques de laboratoire, génie électrique, informatique industrielle, contrôle industriel, régulation, automatismes, maintenance…

Modalités d'inscription

Candidature en ligne :

  • http://filiere-instrumentation.com/licence-micpi/demande-de-de-dossier-de-candidature-licence-pro-micpi

Madame Régine VLODY : 04.91.28.28.30

Fax : 04.91.28.28.29

Mél : Sciences-filiere-instrumentation@univ-amu.fr

Régimes d'inscription

Cette formation est accessible en

Formation initiale
Formation continue
Formation en apprentissage

Structure et organisation

Cette licence professionnelle se décline sous la forme de 3 parcours de formation, savoir :- Métrologie (MI), - Bureau d'Études et Maintenance en instrumentation/automatismes (BEM), - Contrôle-Commande (CC). Elle est proposée en formation initiale (formation suivie d’un stage), en apprentissage (15 jours entreprise / 15 jours université sur 1 an), par la VAE, et en formation continue avec un stage par alternance.

La spécialité est structurée autour d’un tronc commun à caractère fondamental et des unités d'enseignement optionnelles permettant de préfigurer une orientation vers l’un des 3 parcours professionnels décrits ci-dessus. Les enseignements sont proposés sur le Campus de St Jérôme – Marseille.

Formation professionnelle

Sur le plan de la professionnalisation, la spécialité fait, en particulier, appel à de nombreux intervenants extérieurs du domaine professionnel ou industriel concerné. La spécialité MICPI, s’appuie sur un réseau de professionnels, en particulier AREVA TA, SOFRESID, EKIUM, ASI Provence, APAVE SUDEUROPE, AUXITEC, LYONDELL CHIMIE, dont certaines sont déjà partenaires au travers du conseil de perfectionnement de la Licence professionnelle MICPI, pour intervenir ou accueillir des stagiaires et des apprentis. Elles donnent un avis et une orientation sur les formations proposées, autour du conseil de perfectionnement qui a pour rôle d’assurer un lien permanent avec le milieu socio-économique, d’examiner les propositions d’offre de formation et de vérifier leurs adéquation avec le besoin du marché, de vérifier la performance des formations mises en place et de les soutenir et les cautionner. Il se réuni deux à trois fois par an.

Formation continue et alternance

Cette spécialité peut être suivie, en plus de la formation initiale, dans le cadre de la Formation Continue :

  • Validation des acquis de l'expérience (VAE) pour l'accès en licence professionnelle.
  • Validation des acquis professionnels (VAP) au titre de l'expérience pour l'accès direct en licence professionnelle.
  • Autres modalités en fonction du statut.

Et en Apprentissage : Suite à l’entretien individuel avec le candidat : examen des résultats académiques, et des motivations pour l’apprentissage. Après admission de l’apprenant en LP (contrat d’apprentissage de 1 an, avec des alternances de 15j en entreprise/15 j en centre universitaire) :

  • recherche d’entreprises (de juin à novembre) assistée par la direction de la licence professionnelle.
  • contact du candidat avec un ou plusieurs recruteurs en fonction de son profil
  • décision finale de recrutement de l’apprenti par l’entreprise.

Stages et projets encadrés

Le stage en entreprise est d’une durée minimale de 12 semaines (pouvant être étendue à une période supérieure). Il débute à l’issue des enseignements en centre de la licence professionnelle, en formation initiale et continue. Il a pour but de concrétiser, en situation d’expériences professionnelles, les compétences acquises durant les enseignements et le projet tutoré. Le stage donne lieu à la rédaction d’un mémoire dont le contenu évalué par le maître de stage ainsi qu’à un exposé évalué par un jury d’audition, constitué d’enseignants universitaires et d’industriels. L’activité de professionnalisation peut aussi se dérouler dans le cadre de l’alternance (15j entreprise/15j centre universitaire sur une année, cette activité donne aussi lieu à la rédaction d’un rapport d’activité, évalué par le maître d’apprentissage, ainsi qu’à une soutenance évaluée par un jury d’audition, constitué d’enseignants universitaires et d’industriels.

Le projet est organisé au second semestre, sur une durée de 140 h et capitalise 12 crédits ECTS. Il permet d’appliquer les différents concepts étudiés, sur le plan théorique et pratique, dans le cadre d’une autonomie tutorée, c'est-à-dire encadré par une équipe pédagogique, et avec les moyens d’accès de la formation à son centre de ressources documentaires.

Modalités pédagogiques particulières

Le programme pédagogique est constitué d’Unités d’Enseignements, notées UE, composées de modules d’enseignement appelés modules. Chaque UE est affectée d’un nombre de crédits européens ECTS, à chaque année correspond 60 crédits, et à chaque semestre 30 crédits. Il s’agit d’UE à caractère fondamental, UE de spécialisation, UE d’environnement professionnel, UE de professionnalisation, UE de projet tutoré.

Modalités de contrôle des connaissances

L’évaluation des connaissances se fait par un contrôle continu : un contrôle est effectué après la fin d’un module d’enseignement (quelques jours à quelques semaines). Tout module d’enseignement est, par principe, soumis à un contrôle. La note obtenue à une unité d’enseignements (UE) est la moyenne, pondérée par le nombre d’heures d’enseignement, des notes obtenues aux modules contenus dans l’UE.

Une UE est validée si la note obtenue est supérieure ou égale à 10. Lors du jury de 1ère session, les règles de compensation et de notes éliminatoires sont appliquées. Si l’apprenant ne satisfait pas à ces règles, il subit, en 2ème session, une épreuve écrite d’une heure pour l’UE non validée en 1ère session (note inférieure à 10). L’apprenant peut demander, de façon écrite, à conserver le bénéfice d’une UE dont la note est comprise entre 8 et 10. La note de l’UE est alors reportée en 2ème session.

Volume des enseignements

  • Cours magistraux : 150 heures
  • Travaux dirigés : 200 heures
  • Travaux pratiques : 15 heures
  • Stage : 12 semaines

Année de formation

[ détails ]

Aide à la réussite

Mise en place, en début d’année universitaire, de modules d’adaptation qui ont pour objet de mettre à niveau les candidats issus d’origines diverses. Un tuteur universitaire est affecté à l’année pour chaque apprenant pour le suivre durant son parcours universitaire, et il effectue une visite en entreprise pour un apprenant. Des soutiens sont mis en place dans certaines UE constatées difficiles. Des soutiens individualisés sont possibles pour les stagiaires en formation continue.

Aide à l'orientation

L’intégration en formation initiale et continue, donne lieu à l’issue des enseignements en centre universitaire à un stage de 3 mois en entreprise. La recherche du stage est faite conjointement, par la filière instrumentation et les responsables de spécialités, auprès des entreprises des secteurs d’activités ciblés et en parallèle, par une recherche individuelle de chaque étudiant, cette recherche étant de plus aidée dans le cadre d’un module d’intégration professionnelle. Une convention gère les relations de l’université, de l’entreprise et du stagiaire. Dans le cadre de l’alternance (15j/15j sur une année), la filière instrumentation participe à la mise en contact du candidat avec un ou plusieurs recruteurs ; le rôle de la formation s’arrête là.

Aide à l'insertion professionnelle

La licence professionnelle est un diplôme ayant pour vocation l’insertion professionnelle et non la poursuite d’études.

La poursuite d’études après la licence professionnelle MICPI, notamment au sein de l’Université d’Aix-Marseille, donne lieu à un examen par une commission paritaire université-entreprise, qui donne un avis de poursuite d’études, en général défavorable, sauf cas dérogatoires exceptionnels.

Lors de la phase recrutement en licence pro MICPI, les responsables mettent particulièrement l’accent, pendant la réunion d’information et lors de l’entretien individuel, sur l’objectif d’insertion directe, à Bac+3 au niveau des professions intermédiaires, dans le monde de l’industrie grâce à la licence professionnelle et orientent les candidats vers la spécialité de la licence sciences pour l’ingénieur, Physique Appliquée – Instrumentation (PAI), donnant accès de plein droit à la première année de master, si nécessaire et si le dossier du candidat le permet.

L’insertion professionnelle, à 6 mois, de nos diplômés de LP MICPI est de 80%.