FormationsMasterAnthropologie

Master Anthropologie

Responsable
  • Laurence HERAULT
    Adresse de Laurence HERAULT
Informations

Vous pouvez visiter le site Web du SUIO (dans une autre fenêtre) pour avoir une information plus générale sur les problèmes d'orientation.

Contacts orientation

Objectif

Master recherche :

Les spécialités du master forment aux métiers de la recherche sur l’ensemble des sociétés contemporaines. Une attention constante est portée aux nouveaux objets, aux confrontations théoriques et empiriques qui font évoluer le paysage de la recherche, aux interrogations croisées et aux échanges entre spécialistes des différentes aires culturelles sur des questions telles que, par exemple, les sociabilités urbaines, les pouvoirs politiques, les recompositions identitaires, la diffusion des cultures, les métamorphoses du religieux, le genre et les sexualités ou les enjeux sociaux de la santé à l’heure de la mondialisation. La formation implique la participation des étudiants à l’activité des laboratoires avec une assiduité aux séminaires de recherche sur des thèmes spécialisés ou transversaux.

Master professionnel :

Ce Master forme des anthropologues praticiens dans le développement durable. Cette formation, qui n’a pas d’équivalent en Europe, prépare à la recherche appliquée mais surtout, à la pratique impliquée de l’anthropologie, c’est-à-dire, l’application professionnelle « hors recherche » des savoirs anthropologiques.

Public visé

La spécialité recherche s’adresse essentiellement à des étudiants en anthropologie ou en ethnologie ou à des étudiants issus d'un autre cursus en sciences humaines sous réserve d'acquis en anthropologie. La spécialité anthropologie de la santé s'adresse également aux étudiants de 6ème année de médecine ou pharmacie pouvant justifier d'acquis en anthropologie ou sciences sociales et/ou d'expériences professionnelles à l'étranger ou auprès de populations étrangères.

La spécialité professionnelle du Master d’anthropologie s’adresse à des anthropologues (niveau L3 ou M1 recherche) ainsi qu’à des étudiants titulaires d’une licence SHS (sociologie, géographie, ethnologie, histoire) ou d’un diplôme de sciences politiques ainsi qu’à des professionnels du développement durable, de la coopération ou de l’action humanitaire.

Conditions d'admission

L’inscription en master 1ère année est de plein droit pour les étudiants titulaires d’une licence de Lettres et Sciences Humaines, mention Anthropologie ou mention ethnologie. Des inscriptions par dérogation peuvent être accordées sur dossier*, pour des étudiants titulaires d’une autre licence de sciences sociales ou d’un diplôme de niveau minimum bac + 3 français ou étranger, sous réserve d’acquis universitaires (et/ou professionnels) en anthropologie permettant de justifier une équivalence à l’admission.

A l’inscription en 2e année, les étudiants doivent être titulaires d’un master 1ère année d’anthropologie.

L’admission en M2 n’est pas de plein droit, et se fait uniquement sur dossier. Les candidats déposeront auprès du responsable du master, un dossier comprenant un CV, une lettre de motivation, le relevé de notes du Master 1 ainsi qu’un projet de recherche. Les étudiants venant d’une autre université peuvent également joindre leur mémoire de master 1. Des inscriptions par dérogation peuvent être accordées sur dossier*, pour des étudiants titulaires d’un autre master de sciences sociales ou d’un diplôme de niveau minimum bac + 4 français ou étranger, sous réserve d’acquis universitaires (et/ou professionnels) en anthropologie permettant de justifier une équivalence à l’admission.

*Cf. la plateforme e-candidat sur le site de l’université.

Structure et organisation

Le Master 1ère année offre 2 spécialités recherche : Anthropologie sociale et culturelle avec 7 parcours (Anthropologie de l’Afrique, Anthropologie de l’Europe, Anthropologie de la Méditerranée et du Moyen-Orient, Anthropologie de l’Amérique, Anthropologie de l’Océanie, Anthropologie des dynamiques sociales et du développement, Anthropologie de la santé) et Langues, Cultures et Sociétés d’Asie (formation en anthropologie et en langues asiatiques).

Premier semestre : enseignements épistémologiques fondamentaux et spécialisés (thématiques et aires culturelles) en tronc commun et dans les parcours.

Deuxième semestre : formation méthodologique et préparation d’un mémoire faisant l’état des lieux de la recherche sur le thème retenu par l’étudiant.

Le Master 2ème année est organisé en quatre spécialités recherche (Anthropologie sociale et culturelle, Anthropologie des dynamiques sociales et du développement, Anthropologie de la santé, Langues, cultures et sociétés d'Asie).

Premier semestre : enquête de terrain pour les spécialités recherche et stage en institutions et ONG du Sud pour la spécialité professionnelle.

Deuxième semestre : séminaires et mémoire de recherche.

Régimes d'inscription

Cette formation est accessible en

  • Formation initiale (FI)
  • Formation continue (FC)

Connaissances à acquérir

Connaissances théoriques, épistémologiques, méthodologiques et éthiques avancées (niveaux bac + 4 et bac + 5) de la discipline et des débats qu’elles suscitent dans les différents secteurs de la recherche.

Compétences visées

Les compétences visées par la mention anthropologie sont scientifiques et professionnelles :

• la capacité à élaborer un programme de recherche fondamentale et/ou appliquée contribuant à la production de connaissances nouvelles ;

• la capacité à traiter les données théoriques et à élaborer des états des lieux de la recherche ;

• la compétence de conception et de réalisation de projets de recherche ;

• la maîtrise des instruments d’analyse et de recherche de terrain ;

• la capacité à valoriser, communiquer et diffuser l’information scientifique et les résultats de la recherche.

• la capacité à inscrire sa recherche dans une démarche éthique.

Stages et projets encadrés

La mention inclut plusieurs catégories de stages de formation à la recherche et de pré-professionnalisation. Il s’agit des stages d’enquête de terrain qui sont organisés sur projets individuels en M2.

La spécialité professionnelle « Anthropologie et métiers du développement durable » comprend un stage professionnel d’anthropologue faisant l’objet d’une convention en organisation de développement, en entreprise ou institution au cours du semestre 3 en M2. Le stage se conclut par un rapport présenté en soutenance.

Débouchés professionnels

Secteurs d’activités :

• Métiers de la recherche

• Enseignement

• Métiers du patrimoine

• Fonction publique nationale et territoriale

• Métiers de la communication, de la médiation culturelle et de l’information / journalisme Métiers de la documentation

Types d’emplois accessibles :

• Enseignant-chercheur en anthropologie si poursuite d’études

• Chargé de recherche en anthropologie et ethnologie si poursuite d’études (CNRS, IRD, etc.)

• Chercheur contractuel

• Responsable ou chargé de projet

• Administrateurs de programmes

• Divers emplois à recrutement par concours administratifs

• Conservateur

• Responsable de programmes de recherche (institutions publiques, ONG internationales)

• Chercheur consultant en sciences sociales

Poursuite d'études

1. Anthropologie sociale et culturelle

Doctorat d’anthropologie ; poursuites d’études d’anthropologie spécialisée ou appliquée à des domaines d’intervention ou de recherche.

2. Dynamiques sociales et du développement

Doctorat d’anthropologie.

3. Anthropologie de la santé

Doctorat d’anthropologie, doctorat en santé publique (en complément à une formation en sciences de la santé).

4. Langues, cultures et sociétés d’Asie

Doctorat d’anthropologie.

5. Professionnelle : Anthropologie et métiers du développement durable

Doctorat d’anthropologie, doctorat de sciences du développement.

Liens avec le milieu socio-économique

Actuellement le diplôme a des relations avec un ensemble d’administrations ou d’organismes régionaux ou nationaux qui sont des collaborateurs réguliers du département d’anthropologie afin de préparer les étudiants à des recrutements de cadres de la fonction publique nationale ou territoriale à Bac + 4 ou 5.

Le master d’anthropologie fonctionne en étroite association avec le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerrannée ( MUCEM) de Marseille, avec le Conservatoire ethnologique de la Hte Provence (Salagon) ainsi qu’avec l’ensemble des musées ethnographiques et les parcs naturels de la région PACA.

La spécialité « anthropologie de la santé » forme à la recherche fondamentale et appliquée dans les institutions de santé publique locales, régionales, nationales et internationales (Observatoires Régionaux de Santé, Centres spécialisés dans la lutte contre des pathologies spécifiques : cancer, maladies neurologiques dégénératives, sida…, Agences françaises, Agences des Nations-unies).

La spécialité professionnelle forme des praticiens en anthropologie du développement durable au niveau régional, national et international en partenariat avec de nombreuses associations et organisations non gouvernementales de développement (ONG), organisations internationales de développement (coopération multilatérale ou bilatérale), collectivités locales et territoriales, de bureaux d’études et entreprises du développement durable.

Adossement à la recherche

La formation s’appuie sur un partenariat éprouvé du département d’anthropologie de l’université d’Aix-Marseille avec cinq équipes UMR CNRS en anthropologie : l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne Européenne et Comparative (IDEMEC), L’Institut des Mondes Africains (IMAF), L’Institut de Recherches Asiatiques (IRASIA), le Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie (CREDO), le Centre Norbert Elias.

Aide à la réussite

Dispositifs d'aide à la réussite proposés lors du master :

Module d’adaptation en M1 : rattrapages proposés par les enseignants (60 h), Tutorat réalisés par les responsables de parcours.

Aide à l'orientation

Le master d’anthropologie 1ère année recrute de nombreux étudiants français et étrangers ayant des licences ou diplômes équivalents de niveau Bac + 3 au titre de réorientations et de poursuites de formation sous réserve d’avis favorable de la commission pédagogique du master. A l’entrée en master 2ème année, les procédures d’inscription dérogatoire permettent à des étudiants de s’inscrire sous condition d’avoir des acquis académiques et/ou professionnels en anthropologie du niveau du master 1, surtout dans le domaine de la santé. Il n’existe pas de passerelles avec d’autres diplômes.

En spécialité recherche « Anthropologie des dynamiques sociales et du développement » (Master conjoint européen). Le niveau requis est L3 en anthropologie, ethnologie, ou autres formations de L3 après délibération de la commission d'équivalence. L'accès à ce Parcours européen de Master Recherche est dépendant d'une sélection sur dossier à l'entrée du M1. Ce dossier comprend :

- un curriculum vitae (reprenant notamment leurs résultats académiques et détaillant leurs compétences linguistiques),

- une proposition de parcours de mobilité

- un dossier développant leur projet de recherche qui doit être axé sur une thématique d'anthropologie des dynamiques sociales et du développement, et qui doit donner lieu à un travail ethnographique dans un pays du sud.

Le directeur des études aixois de la spécialité vérifie la recevabilité du dossier en termes des exigences posées et le transmet au partenaire coordinateur à Bruxelles qui réunit le jury de sélection composé des référents scientifiques de la spécialité. En cas de réussite, les candidats, sont inscrits en première année (M1) de la spécialité dans leur université d’origine. La durée des études est de deux ans. Le contact avec les étudiants ainsi que le suivi des problèmes et la réflexion pédagogique sont assurés par le responsable de la spécialité en relation avec la commission Pédagogique de la formation à Bruxelles.

Aide à la poursuite d'études et à l'insertion professionnelle

Sachant que le master d’anthropologie ne saurait diriger tous les étudiants inscrits vers le doctorat ni même vers les seules carrières de la discipline, et qu’il répond à des objectifs de formation générale en direction d’une diversité de débouchés professionnels, ce résultat positif invite à disposer d’une assise statistique plus large au cours des années à venir. Dès maintenant, la pédagogie et l’encadrement des étudiants accordent la priorité à la formation individualisée par objectif d’insertion. L’objectif du master d’anthropologie est à la fois de former à la recherche anthropologique des étudiants susceptible de poursuivre en doctorat ou dans le cadre de missions spécialisées de niveau équivalent, et de former les autres étudiants à un niveau élevé de connaissance et d’expérience anthropologique valorisables dans une multiplicité de secteurs professionnels. Ce type de parcours débouche fréquemment sur des formations parallèles ou consécutives à l’obtention du master d’anthropologie. Certains étudiants diplômés du master d’anthropologie poursuivent ainsi des études dans d’autres filières (santé, économie, aménagement, patrimoine etc.).

Études à l'étranger

La mention est organisée pour assurer pleinement les échanges notamment en Europe dans le cadre du programme d'échanges universitaires européens S.O.C.R.A.T.E.S - ERASMUS (Europe – 11 universités – validation d’un semestre) et avec le Canada, les échanges CREPUQ (Canada).

Des conventions inter-universitaires de niveau master sont en cours avec trois universités africaines, avec un programme avancé en Centrafrique. Ce programme permet d’appuyer le master d’anthropologie de l’université de Bangui et de sélectionner des doctorants.

Pour l’Océanie, la mention s’appuie sur de nombreux partenariats universitaires pour l’accueil d’étudiants et la participation aux enseignements sur place. Pour l’Amérique, des partenariats similaires existent ou en cours de mise en place.

Pour l’anthropologie de la santé,les relations établies avec les enseignants et étudiants de l’Amsterdam Master in Medical Anthropology, du Master en sociologie de l’Université de Ouagadougou et du master en socio-anthropologie de la santé de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, permettent d’envisager la mise en place d’accords de type Erasmus et Erasmus Mundus.