FormationsLicence généraleSciences du langage

Licence Sciences du langage

Responsables
  • Martine FARACO
    Adresse de Martine FARACO
  • Nuria GALA PAVIA
    Adresse de Nuria GALA PAVIA
  • Melanie HAMM
    Adresse de Melanie HAMM
Informations

Vous pouvez visiter le site Web du SUIO (dans une autre fenêtre) pour avoir une information plus générale sur les problèmes d'orientation.

Contacts orientation

Objectif

La formation couvre tous les domaines des Sciences du langage : linguistique génétique et typologique, géolinguistique, sociolinguistique, linguistique théorique, linguistique de terrain, neurolinguistique, développement langagier, syntaxe, discours, sémantique lexicale et textuelle, pragmatique, énonciation, morphologie, phonologie, phonétique, interactions verbales, gestualité, multimodalité, dysfonctionnements langagiers.

Ces enseignements se font, pour la plupart, selon une progression sur plusieurs semestres

Public visé

Tout étudiant qui répond aux exigences de conditions d'admission et avec un intérêt marqué pour les matières dispensées

Conditions d'admission

Il faut être titulaire du Baccalauréat ou d'un diplôme équivalent pour accéder à la formation initiale ou à une reprise d'étude.

Structure et organisation

La formation s'organise en un tronc commun (L1 à L3) et 3 parcours types (à partir de L2) :

1) Parcours type Langage, langues et sciences humaines ;

2) Parcours type Linguistique ;

3) Parcours type Français Langue Etrangère (FLE)

Le tronc commun aborde les thèmes suivants : Linguistique génétique et typologique, géolinguistique, sociolinguistique, linguistique théorique, linguistique de terrain, neurolinguistique, développement langagier, syntaxe, discours, sémantique lexicale et textuelle, pragmatique, énonciation, morphologie, phonologie, phonétique, interactions verbales, gestualité, multimodalité, dysfonctionnements langagiers.

Le parcours type Linguistique propose, en outre : linguistique des langues des signes, traitement automatique des langues, linguistiques de contact, initiation à l 'expérimentation et à l'organisation d'un colloque

Régimes d'inscription

Cette formation est accessible en

  • Formation initiale (FI)
  • Formation continue (FC)

Connaissances à acquérir

La licence des Sciences du langage (SCL) a pour objectif de transmettre à l’étudiant des connaissances solides et étendues sur le langage, dans ses composantes verbale et non-verbale, sur la structure des langues et les théories qui s’y rapportent, sur la parole dans ses aspects acoustiques, physiologiques et linguistiques, sur l’articulation entre le langage, la société et les comportements individuels ou de groupe, sur les relations entre l’oral et l’écrit, sur les normes linguistiques orales et écrites au sein d’une société donnée. Elle transmet également des connaissances pratiques relatives au recueil de données, à la méthodologie du travail de terrain, de l’expérimentation et de l’analyse des données, à la rédaction selon les normes du monde scientifique.

Parallèlement, par le biais de ses parcours types (en L2 et L3), elle propose à l’étudiant une ouverture, soit vers d’autres disciplines, soit vers des applications et des spécialisations des sciences du langage comme la didactique des langues, le traitement automatique des langues, la connaissance théorique et pratique des langues signées, le Français Langue Etrangère (FLE), l’expérimentation et le travail de terrain en linguistique et phonétique.

Enfin, la licence SCL forme l’étudiant au travail personnel, en lui donnant les méthodes et les outils contemporains de la documentation et de la rédaction d’articles, ceci étant régulièrement évalué, dès la 1ère année, par des travaux personnels à rendre.

Compétences visées

Former, de façons différenciées, deux publics d’étudiants :

- les étudiants visant un métier dans lequel le langage est l’objet central (recherche, ou orthophonie par exemple) : ceux-ci doivent savoir mener une expérimentation, diagnostiquer, former des hypothèses sur un fonctionnement langagier, intervenir sur un comportement langagier, élaborer un travail écrit selon les normes du monde scientifique.

- les étudiants visant un métier dans lequel le langage constitue l’outil principal : ceux-ci doivent savoir faire un usage du langage en toute connaissance de ses soubassements (psychologiques, sociaux, cognitifs), de son fonctionnement dans les interactions entre individus, et de son impact sur une situation donnée. Ils doivent acquérir une bonne maîtrise de la communication orale.

Notre formation transmet des connaissances pratiques relatives au recueil de données, à la méthodologie du travail de terrain, de l’expérimentation et de l’analyse des données, à la rédaction selon les normes du monde scientifique. Elle forme l’étudiant au travail personnel, en lui donnant les méthodes et les outils contemporains de la documentation et de la rédaction d’articles.

Une UE conduit à la certification C2I, une autre à l’élaboration du projet professionnel (5P). Outre ces capacités transversales, les connaissances spécifiques sur le langage sont également transférables à de nombreux domaines d’activité, du fait de l’implication du langage dans toutes les activités humaines.

Stages et projets encadrés

L’établissement intègre à l’offre de formation un travail centré sur le projet professionnel personnel (65 heures pour 6 ECT en L2).

En semestre 5, obligation de s’inscrire à l'UE « Linguistique - Mise à niveau » (6 ECT), qui se déroule selon une formule de stage intensif de 26 heures en septembre, auquel pourront s’ajouter des séances de suivi à hauteur de 12 heures échelonnées entre octobre et la fin du semestre.

Débouchés professionnels

Secteur Santé, secteur Institutions publiques ou associations :

Orthophoniste [niveau à atteindre : 4 années d’école d’orthophonie dont 1 de stage, puis diplôme d’orthophoniste]

Professeur des écoles (PE), professeur de français des collèges et lycées (PCL) [niveau à atteindre : master le mieux adapté]

autres emplois dans les services (public ou privé) [niveau à atteindre : master ou concours de la fonction publique ou écoles spécialisées préparant à un diplôme professionnel à bac+4 ou +5]

Secteur Presse ou entreprises de services :

journaliste et métiers de l’information, de la communication et de la publicité [niveau à atteindre : master Information & Communication, ou autre master adapté, ou école spécialisée préparant à un diplôme professionnel à bac+5]

Secteur Recherche et enseignement supérieur :

métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur en sciences du langage (linguistes) [niveau à atteindre : doctorat]

Secteur Industrie et services :

métiers de l’ingénierie linguistique et traitement automatique des langues (TAL)

[niveau à atteindre : master SCL spécialité TAL ; pour des emplois plus lié à la recherche et à l’innovation, niveau à atteindre :

doctorat]

Poursuite d'études

L’Observatoire de la vie étudiante de l’établissement a initié en 2009/10 un suivi centralisé des diplômés de Licence 2007/08.

Au travers des données disponibles (données issues du fichier national Sise complétées par une enquête téléphonique), l’OVE a pu identifier la situation de 2 123 diplômés de Licence de la cohorte 2007/08, soit un taux de situations connues après la Licence de 84% des diplômés 2008 de Licence.

Le suivi de cette promotion de diplômés de L3 2007/08 montre que les situations de poursuites d’études sont majoritaires après une Licence générale (près de 9 diplômés sur 10 dont la situation est connue).

En Sciences du langage, pour les diplômés de la cohorte 2007/08, on connaît la situation de 29 diplômés sur les 37 diplômés de la promotion : les 29 poursuivent des études ; aucun diplômé (dont la situation est connue) n’a interrompu ses études.

Les poursuites d’études observées visent soit la préparation d’un Master (34%), soit la préparation d’un concours (31%), soit la préparation d’une autre Licence (17%), soit un formation du champ médico-social ou santé (7%). Les 2/3 de ces poursuites d’études s’effectuent dans l’académie d’Aix-Marseille.

Liens avec le milieu socio-économique

C’est surtout au niveau master que des liens existent entre le tissu économique régional / national et la formation offerte (voir la maquette du master). Les années de licence SCL permettent soit de préparer à ce master, soit de bifurquer vers une formation plus professionnalisante en cours ou en fin de licence :

orthophonie, métiers de l’éducation et de l’enseignement (notamment FLE), métiers de l’information, de la communication et de la publicité, journalisme, travail dans le domaine de la surdité, travail social (associatif ou public), carrières publiques (concours).

La connexion entre la formation de licence SCL et le tissu économique est rarement directe : dans la plupart des cas évoqué ci-dessus, un complément de formation d’au moins 1 année permettra ce lien. La licence SCL est donc à concevoir comme un marchepied vers l’activité économique.

Adossement à la recherche

Dès la licence, les étudiants bénéficient d’une grande proximité avec la recherche menée par leurs enseignants au sein du Laboratoire Parole et Langage(LPL), l’un des plus importants laboratoires français dans le domaine.

Dès la 2eme année de la licence, les étudiants peuvent se spécialiser en linguistique en choisissant le parcours type 2 « Linguistique » qui leur propose une initiation certaines spécialités de recherche menées au LPL : la linguistique de la Langue des signes françaises, le traitement automatique des langues, la linguistique de contact et de terrain, la linguistique expérimentale. Les étudiants ont également très tôt la possibilité de participer aux activités de recherches du laboratoire à travers leur participation à des expériences et à divers séminaires.

Aide à la réussite

En amont, depuis trois ans maintenant, nous participons pleinement au dispositif d’orientation active dans la procédure nationale d’admission PostBac.

Nous sommes également impliqués dans le projet Hirsch : « orientation active renforcée » n° 274 qui nous a conduit à mettre en

œuvre de nombreux dispositifs auprès des lycéens de l’Académie et ce depuis la classe de première.

Outre l’organisation des journées du Futur Bachelier pour les élèves de première et les journées Portes ouvertes dédiées essentiellement aux élèves de terminale, les dispositifs sont les suivants :

1 – L’accompagnement de projets de TPE (pour les élèves de première), en liaison étroite avec les professeurs de lycée.

Dix classes de première (4 1ères ES, 4 1ères S et 2 1ères L) ont été accompagnées en 2009/2010 et le bilan dressé début juillet avec les proviseurs est très encourageant.

2 – Orientation active en classe de première. L’enseignant-chercheur répond au « projet d’étude de l’élève à l’université » et peut lui donner des rendez-vous d’orientation. Cette démarche est poursuivie et renforcée dans le projet du HCJ.

3 – Réalisation de clips vidéo, disponibles sur le site de l’ONISEP, avec des témoignages d’enseignants, d’anciens étudiants et d’étudiants.

4 – Organisation de visioconférences, par une connexion avec les lycées et des échanges entre enseignants universitaires et élèves.

5 – Mise en place de journées de rencontres entre professeurs de lycée, COP et enseignants-chercheurs, axées sur les

« formations universitaires pour des métiers ».

En 2010, 3 domaines disciplinaires ont été proposés : Lettres et Sciences Humaines, Droit-Economie-Gestion, Sciences.

6 – Elaboration d’un guide, destiné aux professeurs de lycée, pour l’accompagnement des élèves (dès la classe de seconde) vers l’université.

Aide à l'orientation

Pour les licences : orientation active, passerelles

Pour les masters : à titre individuel et après entretien éventuel avec le responsable de la formation, l'étudiant peut envisager une réorientation en école d'ingénieur ou de management.

Existe-t-il des UE de préfiguration permettant une orientation facilitée vers des LP ?

Le choix du parcours B Renforcement disciplinaire permet à l’étudiant de suivre en L2 l’UE Linguistique des langues des Signes - niveau 1, ce qui constitue une première approche du domaine présenté dans la L3 professionnelle Intervenants dans le domaine de la surdité. Si l’étudiant ne souhaite pas s’impliquer davantage dans les UE du parcours B, une solution souple devra être étudiée, lui permettant d’être inscrit au parcours A

(pluridisciplinaire) avec la possibilité de prendre cet enseignement à la place d’une UE de discipline seconde.

Existe-t-il des UE de préfiguration permettant une orientation facilitée vers une autre L1, L2 ou L3 ?

Dès lors qu’une composante de l’établissement proposera des UE préfigurant une formation ultérieure en L3 ou master, par exemple des UE de sensibilisation aux métiers de l’enseignement, notre formation permettra à tou étudiant du parcours A qui le souhaite de remplacer certaines de ses UE de discipline seconde par ces UE de préfiguration.

En parcours B (Renforcement disciplinaire) et C (FLE), ce choix serait contradictoire avec celui de parcours choisis précisément pour leur spécialisation et leur fonction de préfiguration de spécialités du master SCL.